"Nébuleuse anarcho-autonome" en Grèce

Publié le par la Rédaction

La Grèce confrontée à une inquiétante
radicalisation de sa jeunesse


Trois mois après les émeutes déclenchées par la mort d’un adolescent sous les balles dun policier, la Grèce se retrouve confrontée à une radicalisation de sa jeunesse, frappée par la crise, dont les actions coup de poing à répétition inquiètent autorités et experts.

À Athènes et Salonique, les deux grandes villes du pays, les attentats incendiaires, affrontements avec les forces de l
ordre et opérations dintimidation dans les universités sont devenues monnaie courante, imputés par la police à une nébuleuse anarcho-autonome et souvent revendiqués par des groupes plus ou moins éphémères.

Mardi matin, une vingtaine de jeunes cagoulés et masqués ont incendié neuf wagons d
une rame de métro dans la banlieue nord dAthènes. La nuit suivante, des jets de cocktails Molotov ont endommagé une succursale bancaire de la capitale.


Quelques jours auparavant, les vitrines d
un quotidien de droite avaient été détruites à lissue dune manifestation de gauche. Fin février, les domiciles ou bureaux dune dizaine de magistrats, personnalités politiques et culturelles ont été visés par des mini-attentats.

«Il y a un activisme latent en Grèce, qui a été réveillé par les troubles de décembre et est alimenté par la crise économique», analyse Panayotis Stathis, porte-parole de la police. «Mettre le feu à une voiture est une chose, mais là nous avons affaire à quelque chose de beaucoup plus inquiétant, des opérations planifiées menées par des groupes organisés», ajoute-t-il.


Presse jaune (Angola Press), 6 mars 2009.

Publié dans Grèce générale

Commenter cet article