De la maternelle à l'université, tous concernés, tous mobilisés !

Publié le par la Rédaction


La journée d’action interprofessionnelle du 29 janvier a réuni plus de deux millions de manifestants dans les rues, partout en France. Les personnels de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en grève reconductible depuis le 22 janvier, étaient eux plus de 50.000 à manifester le 19 février aux côtés des étudiants.

C’est bien de la Maternelle à l’Université que les projets et les réformes du gouvernement se mettent en place, dans une complète cohérence : casse des services publics, casse des statuts des personnels, précarisation, suppressions de postes, éducation à plusieurs vitesses, mise en concurrence des établissements et privatisations, mise au pas hiérarchique sur fond de répression… Que ce soit la LRU, les attaques sur les statuts des personnels (enseignants-chercheurs, BIATOSS), la réforme des Lycées, les projets d’EPEP, les évaluations dans le Primaire, la masterisation des concours… c’est à une éducation du tri social et à la précarisation de nos vies que tous ces plans et ces réformes nous conduisent tant et plus.

Forte de ce constat et dans une perspective de jonction rapide des luttes de l’ensemble du secteur de l’Éducation, la Coordination nationale des universités réunie à Nanterre le 20 février, a lancé le mot d’ordre : «De la maternelle à l’université : retrait des contre-réformes Darcos/Pécresse». Elle a également repris la proposition de l’Ag nationale (Coordination nationale des collectifs parents/enseignants) d’une grande journée de mobilisation, le 10 mars.

La CNT-FTE soutient sans réserve ces appels.
Le 10 mars, elle appelle à la grève et, partout où c’est possible, à des Assemblées générales des travailleurs-ses de tout le secteur de l’éducation.
Il nous faut amplifier la mobilisation d’ici le 10 mars, et gagner l’appel à la grève, en la rendant effective et majoritaire sur nos lieux de travail.
La CNT-FTE rappelle que seules les coordinations sont les expressions légitimes et démocratiques des mouvements en cours et dénonce les négociations menées dans le dos des travailleurs.

«De la maternelle à l’université :
retrait des contre-réformes Darcos/Pécresse»
Pour une révolution sociale,
éducative et pédagogique.



Publié dans Éducation

Commenter cet article