La grève se durcit à Fort-de-France

Publié le par la Rédaction

Nouvelle nuit de violences en Martinique

Voitures incendiées, barrages en feu et magasins pillés : la grève se durcit à Fort-de-France.

Fort-de-France était confrontée à une nouvelle nuit de violences.

Sur plusieurs artères de la ville, des barrages ont été érigés avec des poubelles, dont certaines étaient en feu. Comme la veille, des détonations résonnaient à intervalles réguliers dans la ville d'où montaient des fumées et des odeurs des gaz lacrymogènes.


Les rideaux métalliques d'au moins trois grandes surfaces ont été éventrés. Une voiture a été lancée contre l'hypermarché Carrefour Dillon. Selon un témoignage diffusé sur les ondes d'RCI, la voiture avait été dérobée à son propriétaire par un groupe de jeunes à moto. Les forces de l'ordre sont intervenus pour protéger l'hypermarché. Elles étaient encore présentes sur le parking de l'hyper peu après 23 heures locales (4 heures du matin à Paris).

A une cinquantaine de mètres de là, des jeunes avaient pris position le long de l'entrée de l'autoroute. Certains avaient en main des cocktail molotov.

Toujours au quartier Dillon, les casseurs ont utilisés un tracteur pour pénétrer dans le magasin "Intersport" avant que la police n'intervienne.

Selon des témoignages recueillis auprès de journalistes sur place, un autre magasin d'articles de sport a reçu la visite des casseurs qui se sont enfuis à moto avec des vêtements de sport.

Le centre ville de Fort-de-France semblait mieux protégé que la veille. Selon un responsable de la sécurité de la cité, les policiers sont parvenus à déjouer plusieurs tentatives de pillage de magasins. Néanmoins et selon des journalistes sur place, sur le boulevard du Général de Gaulle, les gardes mobiles ont repoussé des jeunes, vers un quartier en hauteur de la ville basse, en utilisant du gaz lacrymogène.

Tout au long de la soirée, des jeunes encagoulés ont sillonné les rues avec une très grande mobilité en jouant au chat et à la souris avec les forces de l'ordre.

Presse bourgeoise :
Libération, 26 février 2009.



Deuxième nuit de violences en Martinique

Le climat s'alourdit en Martinique. Après trois semaines de mouvement social, la situation est de plus en plus tendue.

De nouvelles violences se sont produites dans la nuit de mercredi à jeudi. Tout au long de la soirée, des jeunes encagoulés ont pris possession des rues de Fort-de-France en jouant au chat et à la souris avec les forces de l'ordre. Sur plusieurs artères de la ville, des barrages ont été érigés avec des poubelles, dont certaines étaient en feu. Comme la veille, des détonations ont résonné à intervalles réguliers dans Fort-de-France d'où montaient des fumées et des odeurs de gaz lacrymogènes. Le centre-ville semblait cependant mieux protégé que la veille. D'après un responsable de la sécurité, les policiers sont parvenus à déjouer plusieurs tentatives de pillage de magasins.

Les négociations doivent reprendre jeudi entre patronat et syndicats. Lundi, faute d'avoir obtenu une réponse chiffrée à sa demande d'augmentation de "354 euros nets pour tous les salaires", le "collectif du 5 février", qui regroupe la plupart des syndicats, a quitté la table des négociations.

Presse bourgeoise :
Le Point, 26 février 2009.

Commenter cet article