Films et débat en solidarité avec les luttes de sans-papiers à Perpignan

Publié le par la Rédaction

Pour qu’enfin ils puissent
se déplacer librement par-delà les frontières


Régularisation !
Abolition des centres de rétention !

Les luttes de sans-papiers se succèdent régulièrement depuis plus d’une dizaine d’années et rencontrent le plus souvent, inhumanité, exclusion, intolérance et violence !

Des êtres humains subissent de plein fouet les conséquences néfastes des politiques libérales, menées sous toutes les latitudes et sous tous les gouvernements. Hier avec Hortefeux, aujourd’hui avec Besson, les sans-papiers hexagonaux connaissent la précarité sociale la plus absolue, le déclassement et la perte de dignité. Le climat s’est nettement assombri ces temps derniers, avec le renforcement de la politique de répression et d’exclusion des ministres de l’Intérieur.

Les sans-papiers enfermés à Vincennes ne l’ont pas accepté et se sont révoltés. Le 21 juin 2008, au centre de rétention administrative de Vincennes, un retenu qui avait réclamé en vain ses médicaments y mourrait. Le lendemain 22 juin, les sans-papiers détenus organisèrent dans le centre une marche silencieuse qui fut fortement réprimée. Au cours de la révolte qui s’en suivit la prison est partie en fumée.

Depuis l’incendie l’Etat a multiplié les arrestations de sans-papiers présents ce jour-là, dans le souci évident de faire des exemples et de dissuader quiconque de se révolter. Huit personnes sont à ce jour poursuivies pour «destruction de biens par l’effet d’incendie et violence à agent de la force publique avec une incapacité totale de moins de cinq jours en réunion».

La responsabilité des gouvernants réside dans la politique de contrôle des mouvements migratoires qu’ils mettent en oeuvre. Chaque année des milliers de personnes meurent en essayant de franchir des frontières.

Nous sommes solidaires de tous ceux accusés d’être à l’origine de l’incendie de Vincennes parce que nous sommes solidaires de celles et ceux qui, d’une manière ou d’une autre, se révoltent contre un monde où des millions de vies sont suspendues à des bouts de papiers.

Nous ne pouvons accepter l’attitude indigne du Pouvoir! Nous ne pouvons nous y résoudre. Nous ne l’acceptons pas et nous exigeons l’arrêt des poursuites et la libération immédiate des inculpés de Vincennes.

Si, comme nous, vous n’acceptez pas que «le fait du Prince» soit l’unique règle appliquée, venez nombreux le vendredi 27 février à 20h00 à la Librairie INFOS, 2 rue Théodore-Guiter (près de la place des Poilus) à Perpignan pour assister à une projection de films relatant les événements de Vincennes et débattre avec des représentants du Comité de soutien aux inculpés et coordinateurs du livre : Feu au centre de rétention, les sans-papiers témoignent, Editions Libertalia.

Commenter cet article

kiki 26/02/2009 17:29

Pour qu’enfin ON puisse se déplacer librement SANS frontières