En France comme aux Antilles : Grève générale !

Publié le par la Rédaction


Depuis le 20 janvier, les travailleuses et travailleurs de Guadeloupe ont entamé une grève générale, contre la vie chère, et plus largement contre le pouvoir colonial français, et le contrôle de l’économie par les familles de la bourgeoisie coloniale Béké. Cette bourgeoisie, qui représente 1% de la population possède près de la moitié des terres et des grandes surfaces. Ce mouvement a réussi à fédérer sur des bases de classe le mécontentement populaire, montrant quil est possible de riposter à la politique de casse sociale de lÉtat et du patronat. Un mouvement du même type est en cours en Martinique, et des mobilisations se font jours en Guyane, à la Réunion…

La réponse de l
État, en bras armé fidèle du patronat, cest le mépris et la répression, rappelant les heures sombres de lhistoire : en 1967 la répression sanglante du pouvoir colonial avait fait plus de 100 morts. Des dizaines darrestations, plusieurs blessés graves par la police, et lenvoi de renforts de gendarmerie, voilà la réponse que donne le pouvoir aux revendications légitimes des grévistes.

Le mépris raciste sajoute au mépris de classe, et la violence coloniale relaie la violence patronale. Cette stratégie de la tension menée par le pouvoir a déjà fait un mort dans des circonstances qui restent à élucider.

La Coordination des groupes anarchistes affirme son soutien au mouvement de lutte en cours en Guadeloupe, Martinique, Réunion, Guyane, et dénonce la répression dÉtat. Pour nous, la meilleure des solidarités avec ce mouvement, consiste à construire en France, la grève générale. Les travailleurs et travailleuses de Guadeloupe, Martinique, nous ont montré quil était possible de réussir sur cette voie !

Les gesticulations du pouvoir montrent qu
il na peur que dune chose, cest que le mouvement sétende et quil reprenne les formes de lutte qui ont montré leur efficacité en Guadeloupe, les blocages et loccupation des lieux de travail et de la rue.

Construisons la grève générale,
pour en finir avec l
exploitation !

Commenter cet article