Appel de Rennes-II

Publié le par la Rédaction


Crise du capitalisme, chômage, faillites. Délocalisations : des capitaux, des entreprises et donc des salariés. Précarité = règle. La Terre qui subit les excès de l’idéologie croissanciste : nature, espèces, corps humain, tout est atteint, nucléaire, OGM, pesticides. Un gouvernement Sarkozy qui ressemble de plus en plus fatidiquement au gouvernement Laval de 1933 : répressions, propagande, contrôle, casse du droit du travail, suppression des acquis du CNR. Le pouvoir qui donne 430 milliards pour sauver les banques, assurances et autres organismes financier, alors que le déficit public justifie toutes les mesures libérales.

C’est l’heure.

À l’heure où notre société se fait de plus en plus individualiste, triste et dépressive… et à l’heure où l’on se vante d’expulser 30.000 étrangers par an, à l’heure où l’on met des écolos baba cool en prison au nom de l’antiterrorisme… et à l’heure où les médias, plus que jamais, sont les laquais du pouvoir,

Nous autres, appelons à la lutte. Tous ensemble : Lycéens, maternelles, Guadeloupéens. Chômeurs, sans-papiers, fonctionnaires. Palestiniens, Grecs, Bretons. Convergeons.

**

Nous, étudiants de Rennes-II, réunis ce lundi 2 février en assemblée générale, 1500 personnes, lançons cet appel. Refusons la loi LRU instaurée par le plan de Bologne, comme le refusent les Italiens, Espagnols, Allemands, Européens mobilisés. Vendre le savoir au marché financier, le voilà leur plan. Or, privatiser, c’est toujours privilégier les élites, il suffit d’ouvrir les yeux pour le voir. Nous revendiquons :
—  En premier lieu, un plan massif pour l’Université (embauche d’enseignants-chercheurs, augmentations des bourses, modernisation des locaux, etc.),
—  En second lieu, l’abrogation de la LRU et du plan de Bologne,
—  L’abandon du projet de réforme des enseignants-chercheurs,
—  L’abandon du projet de masterisation du métier d’enseignant.

Enfin, en tant qu’étudiants mais aussi en tant que citoyens en lutte, nous portons ce mot d’ordre simple et bref :
SMIC à 1500€, augmentation de 300€ de tous les revenus, baisse généralisée du temps de travail (32 heures par semaine, et moins).

Nous exprimons notre soutien combatif à toutes les autres luttes en cours contre la politique actuelle : soutien aux enseignants-chercheurs, aux lycéens et aux mouvements de lutte contre la casse de l’éducation ; soutien aux sans-papiers ; soutien aux grévistes de la Guadeloupe ; et enfin, soutien aux nombreuses luttes locales en cours.

Nous appelons l’ensemble des université françaises à se mettre en grève avec blocage et occupation, à créer des liens avec les luttes qui s’organisent autour d’elles, à créer leurs propres médias, pour une convergence par le débat et l’action commune, et pour la satisfaction des revendications. Dans ce but, nous appelons à et organisons une coordination nationale du mouvement, les samedi 7 et dimanche 8 février prochain à Rennes.

**

Appel : Gr-rêve, blocage — de l’économie, occupation, nous avons commencé. Chaque changement dans ce cours normal des choses crée cette solidarité, ouvre cette parole, casse ce quotidien morose et filant auquel nous sommes habitués. Les regards se croisent enfin, les bouches s’ouvrent ; les gestes de partage se multiplient. Nous sortons des cases, les pions se révoltent. Nous savons maintenant que ce n’est qu’une question de temps. Agir est notre seul but. Blocages, grèves, occupations, ce n’est qu’un début.

Contre la policiarisation ambiante, n’ayons qu’un seul mot d’ordre, la lutte.

L’AG de Rennes-II, 2 février 2009.



É
tat de la mobilisation étudiante (mardi 3 février) : à compléter, corriger, etc.
Aix-Marseille : Lundi 2 février, AG de 1200 personnes (dont 1000 étudiants) à Aix et AG. Principe de grève voté. Prochaine AG mercredi 4 février. Vote de l’abrogation de la LRU. AG de 150 étudiants à Marseille Saint-Charles. Mardi 3 février, l’IUT d’Aix vote la grève.
Angers : Mercredi 28 janvier, AG de 700 étudiants. Lundi 2 février, AG de 700 étudiants de sciences humaine vote la grève et l’abrogation de la LRU. Prochaine AG mercredi 4 février.
Avignon : Mardi 27 janvier, l’AG des membres de la communauté universitaire de l’UAPV (Avignon et Pays du Vaucluse) s’est prononcée pour la grève illimitée à partir du 2 février.
Besançon : L’AG de l’université de Franche-Comté (environ 400 personnes enseignants, étudiants, chercheurs, personnel biatos) a voté la grève reconductible à partir du 2 février.
Bordeaux III : Mardi 27 janvier, AG de 1200 étudiants. Le 2 février, AG de 1500 étudiants vote la grève.
Caen : Vendredi 31 janvier, AG de 300 étudiants et personnels. Lundi 2 février, AG des étudiants de géographie vote la grève et l’abrogation de la LRU.
Dijon : Mardi 3 février, AG étudiante vote la grève, puis AG commune avec les personnels (environ 1000 personnes).
Grenoble III : Lundi 19 janvier, occupation partielle de l’université. Mardi 20 janvier, AG de 400 étudiants. Mercredi 28 janvier, AG de 400 étudiants vote la grève à partir du 2 février et l’abrogation de la LRU.
Le Mans : AG de 400 étudiants vote la grève.
Lyon II : Lundi 2 février, AG de 900 étudiants sur le campus de Bron a voté la grève, l’occupation jour et nuit de la fac, et l’abrogation de la LRU.
Orléans : Mardi 27 janvier, AG de 300 personnes (principalement étudiants).
Pau : Avant les vacances de Noël, AG de 1000 étudiants et blocage d’une journée.
Poitiers : Mardi 3 février, AG de 1000 étudiants et personnels. Occupation d’un amphi. Prochaine AG jeudi 5 février.
Rennes-II : Mercredi 28 janvier, AG de 600 étudiants vote le principe de grève. Lundi 2 février, AG de 1500 étudiants vote la grève, ainsi que l’abrogation de la LRU.
SaintÉtienne : Mardi 3 février, AG étudiante vote la grève.
Toulouse I Arsenal : Jeudi 29 janvier, AG de 160 étudiants.
Toulouse II Paul Sabatier : Jeudi 22 janvier, AG de 40 étudiants. Jeudi 29 janvier, AG de 80 étudiants.
Toulouse III Le Mirail : Mardi 27 janvier, AG de 1000 étudiants vote l’abrogation de la LRU. Lundi 2 février, AG de 1000 étudiants vote la grève. Mardi 3 février, AG de 1500 étudiants reconduit la grève.
Tours : Lundi 2 février, AG de 1000 étudiants vote la grève et l’occupation de la fac.
Paris IV Sorbonne : Lundi 2 février, AG de 130 étudiants et personnels vote la grève.
Paris V : Mardi 27 janvier, AG de 650 étudiants et personnels vote la grève illimitée à partir du 2 février.
Paris XII : Mardi 27 janvier, une AG de 200 étudiants et personnels a voté la grève à partir du 2 février.
Paris XIII : L’AG de l’IUT de Villetaneuse appelle à la grève et la suspension du second semestre.

Publié dans Éducation

Commenter cet article