Poursuite des désordres en Grèce

Publié le par la Rédaction

Grèce : Attentat raté

Des inconnus ont lancé cette nuit contre un poste de police des cocktails Molotov qui n’ont pas explosé, tandis quun magasin de voitures a été endommagé par un engin explosif artisanal, dans deux banlieues dAthènes, a-t-on appris de source policière.

La tentative d
attentat sest produite vers 2H00 GMT contre le poste de police dAgia Varvaras. Les inconnus ont pris la fuite à moto après avoir lancé deux engins incendiaires.

Une heure plus tôt, un engin composé de petites cartouches de gaz avait explosé devant un concessionnaire automobile d
une grande avenue de Halandri provoquant un incendie qui a détruit 14 voitures.

Dans la nuit de lundi à mardi, trois inconnus avaient mitraillé le commissariat de Korydallos dans l
ouest dAthènes et lancé une grenade qui na pas explosé. Les enquêteurs estiment que cet attentat est l’œuvre du groupe terroriste Lutte Révolutionnaire (EA) responsable de onze attentats depuis 2003 et inscrit sur la liste des organisations terroristes de lUnion européenne.

Presse bourgeoise :
AFP, 4 février 2009.



Grèce : Attaque contre un commissariat,
le groupe Lutte Révolutionnaire soupçonné


La brigade antiterroriste grecque enquêtait mardi sur l’attaque armée contre un commissariat à Athènes, soupçonnant le groupe dextrême-gauche Lutte Révolutionnaire (EA) dêtre à lorigine de ce nouvel attentat, qui na pas fait de victime.

Considéré comme le plus dangereux groupe local et inscrit sur la liste des organisations terroristes de l
Union européenne, EA serait, selon les premiers éléments de lenquête, responsable de cet attentat perpétré tôt mardi matin à Korydallos, dans la banlieue ouest dAthènes.

Trois personnes à pied ont tiré à l
arme automatique sur la guérite dentrée et la façade du commissariat, avant de prendre la fuite en jetant une grenade, qui na pas explosé, tandis que lun des assaillants tirait des coups de feu avec un pistolet de calibre 32, selon une source policière.

Selon les premières constatations de la police, une dizaine de douilles de 9 mm, retrouvées devant la guérite d
entrée et la façade du commissariat, pourraient provenir du même pistolet mitrailleur MP5 que celui utilisé lors du dernier attentat revendiqué par EA, le 5 janvier, contre des policiers devant le ministère de la Culture, dans le centre dAthènes, blessant grièvement lun deux.


La même arme avait été également utilisée, le 23 décembre, lors d
un autre attentat revendiqué par EA contre un fourgon de la police, près du centre dAthènes, qui navait pas fait de victime.

Volée en avril 2007 à un policier en faction devant le domicile d
un haut magistrat dans la banlieue sud dAthènes, cette même arme avait été utilisée quelques jours plus tard lors dune attaque de lEA contre le poste de police de Néa Ionia, dans la banlieue ouest dAthènes.

Les conclusions de l
enquête sur larme utilisée mardi devraient être connues dans laprès-midi, selon la même source.

La police enquêtait également sur l
authenticité dun appel anonyme adressé environ une heure après lattentat à un grand groupe de presse dAthènes, indiquant que lattaque contre le commissariat de Korydallos était revendiquée par EA.

Situé dans la banlieue qui abrite la plus grande prison de la capitale, le poste de police de Korydallos, comme plusieurs commissariats de la capitale, a été fréquemment la cible de manifestations ces dernières années, ainsi que lors des émeutes qui ont secoué le pays en décembre dernier après la mort d
un adolescent tué par un policier.

Indiquant avoir voulu riposter à cette bavure, EA avait menacé la police de nouvelles attaques dans son dernier texte de revendication de huit pages, publié dans un hebdomadaire grec quinze jours après le mitraillage des policiers le 5 janvier.

EA avait appelé également dans ce texte à la «lutte armée de masse», proclamant que le groupe continuerait de répondre par les armes à une violence policière qu
il dénonçait comme systématique et bénéficiant dune totale impunité dans le pays.

Apparu en 2003, EA a signé onze attentats à Athènes, dont en janvier 2007 une attaque à la roquette contre l
ambassade des États-Unis, qui na fait que des dégâts matériels.

Pour les spécialistes, ce mouvement se revendique comme le successeur du groupe historique local du 17-Novembre, responsable de 23 assassinats entre 1975 et 2000 et démantelé en 2002.

Les principaux responsables du 17-Novembre avaient été condamnés en 2003 à des peines de prison à vie et sont incarcérés dans la prison de haute sécurité de Korydallos.

Presse bourgeoise : Hélène Colliopoulou
AFP, 3 février 2009.



Grèce : Nouveaux incidents au Pirée
entre agriculteurs crétois et policiers


Des affrontements ont eu lieu mardi au Pirée, le grand port dAthènes, entre 1200 agriculteurs crétois et les forces de lordre, qui ont tiré des gaz lacrymogènes pour les disperser, a-t-on appris de source policière.

Les incidents ont débuté lorsque les agriculteurs s
apprêtaient à sortir du port pour aller manifester dans le centre de la capitale grecque contre les prix, jugés trop bas, de leurs produits. Ils ont alors été encerclés par une section des forces de lordre qui les ont repoussés dans lenceinte portuaire.

Des échauffourées avaient déjà eu lieu lundi entre les policiers et les agriculteurs crétois, arrivés dans la matinée de Crète (sud) avec des tracteurs à bord de deux ferries pour manifester devant le ministère de l
Agriculture à Athènes.

Lundi, plusieurs personnes avaient été légèrement blessées et quatre personnes interpellées quand les agriculteurs avaient tenté de forcer un barrage de la police, qui avait déjà fait usage de gaz lacrymogènes.


La mobilisation des agriculteurs crétois s
inscrit dans le cadre des manifestations agricoles, qui secouent le pays depuis plus de deux semaines.

La majorité des barrages de tracteurs, qui avaient entravé la circulation dans le centre et le nord du pays, ont été levés la semaine dernière, mais les syndicats crétois et ceux du nord du pays maintenaient mardi leur mobilisation.

Le principal poste frontière gréco-bulgare de Promahonas (nord) restait bloqué mardi par des tracteurs pour la seizième journée consécutive.

Presse bourgeoise :
AFP, 3 février 2009.

Publié dans Grèce générale

Commenter cet article