Occupation des universités britanniques en solidarité avec Gaza

Publié le par la Rédaction

Boycott : Déjà dix universités britanniques occupées pour faire cesser des collaborations avec Israël

Des occupations ont actuellement lieu dans une dizaine d’universités britanniques, y compris Oxford, en solidarité avec le peuple palestinien et pour demander l’arrêt des collaborations universitaires avec Israël. Ci-dessous le texte écrit par les étudiants du prestigieux King’s College à Londres.

Chers amis,

Les étudiants de l’université de King’s College à Londres occupent actuellement leur université afin de manifester toute leur solidarité avec le peuple palestinien et condamner le massacre perpétré par Israël. Ce mouvement d’occupation solidaire a été largement suivi cette semaine dans bon nombre d’universités anglaises (SOAS, LSE, Oxford, Essex, Sussex, Birmingham, Manchester, Nottingham, Newcastle). Aucun mouvement étudiant n’a connu une telle ampleur au Royaume-Uni depuis les mobilisations contre l’Apartheid et contre le Vietnam.

Une conférence de presse a été tenue aujourd’hui sur le lieu d’occupation à King’s College, à laquelle ont assisté nombre de médias britanniques (The Guardian, Channel Four, The Times…) et internationaux (Al Jazeera International, BBC Arabic, Press TV Iran…).

Les étudiants de King’s College revendiquent en particulier la révocation du titre de docteur honoris causa remis dernièrement par l’université de King’s College à Shimon Peres. Ils trouvent inacceptable qu’une personne responsable du meurtre de centaines de civils et du massacre de Qana en 1996 puisse recevoir de tels honneurs.

Ils demandent aussi à l’Université de condamner officiellement l’action militaire israélienne et d’accorder cinq bourses d’étude aux étudiantes et étudiants palestiniens.

Nous vous serions particulièrement reconnaissants si vous pouviez envoyer des messages de solidarité à cette adresse  et diffuser cette nouvelle au sein de vos réseaux.

Nous avons besoin de votre solidarité et de votre soutien.

Mille remerciements.

Commenter cet article