Les feux de la révolte

Publié le par la Rédaction

La dépanneuse du 18e

C’était rue de Clignancourt, devant le commissariat du 18e arrondissement. Sous une bagnole de flics (une dépanneuse), des bouteilles d’essence et des allume-feu ont été retrouvés. Mais la voiture n’a pas brûlé…

C’était il y a plus d’un an, en mai 2007, pendant les élections présidentielles. Un moment où les manifs étaient sauvages, où beaucoup de vitrines de permanences électorales ont éclaté, où des voitures de flics ont cramé.

Sous la voiture du 18e ont aussi été retrouvées cinq traces ADN. Les flics prétendent qu’elles correspondent à trois personnes qui sont aujourd’hui en taule, accusées de cette tentative d’incendie, sous mandat de dépôt anti-terroriste :
Isa depuis presque un an (à Versailles),
Juan depuis 6 mois (à Bois d’Arcy),
Damien depuis plus de 4 mois (à Villepinte).

Vive la révolte ! Vive le sabotage !
Liberté pour tous les prisonniers !


Manif samedi 24 janvier
Rendez-vous à 15h métro Barbès

Infozone, 5 janvier 2009
Liste d’information pour la France sauvage.




Les feux de la révolte


Les fins de mois sont de plus en plus difficiles. On se fait de plus en plus exploiter au boulot pour toujours moins de fric, sucrer les allocs et emmerder sans fin au Rmi. Des milliers de personnes sont licenciées, l’âge de la retraite est encore reculé… et pendant ce temps-là l’État arrose les banques et les patrons à coups de milliards.

Le pouvoir lâche ses cow-boys en uniforme qui se croient tout permis à coups de flash-ball, de rafles, d’expulsions, de rackets et de contrôles… tandis que toujours plus de personnes se retrouvent enfermées, que ce soit en hôpital psychiatrique, en centre de rétention ou en prison. Le système impose sa paix sociale en nous vidant le cerveau à l’aide de prozac, de télévision et de crédits… bref, tout ce qui constitue la violence du quotidien. Les tensions sociales s’exacerbent et rien n’indique que cela va aller en s’amenuisant.

Les actes de révoltes collectives et individuelles se multiplient aussi :
En mai 2007 par exemple, lors du joyeux bordel des élections présidentielles, un véhicule de police a bien failli être incendié dans le 18e. Trois personnes suspectées dans cette affaire croupissent encore en prison sous l’accusation d’«association terroriste».
De même, en juillet dernier après plusieurs mois de révoltes collectives, de mutineries et d’affrontements, des prisonniers ont détruit par le feu le centre de rétention de Vincennes. Sept sans-papiers (peut-être plus) sont inculpés et incarcérés.
Depuis décembre en Grèce, après l’assassinat d’un jeune par les flics, des milliers de révoltés attaquent banques, commerces et commissariats. Occupations, pillages et destructions, manifestations et affrontements se poursuivent.

Solidarité avec les révoltés incarcérés.
Que les feux de la révolte se propagent partout.


Manifestation samedi 24 janvier 2009, 15h à Barbès

Non fides, 8 janvier 2009.


Pour plus d’infos :
Mauvaises_intentions

Commenter cet article