Non à la criminalisation des luttes sociales (procès de Nico Squiglia et Javi Toret)

Publié le par la Rédaction

Pour l’acquittement de Nicolàs Squiglia et Javier Toret
Non à la criminalisation des luttes sociales


Deux ans de prison sont requis contre Nicolàs Squiglia et Javier Toret ; ils sont accusés de vol et intimidation alors qu’ils intervenaient, en tant que médiateurs syndicaux, dans une action contre la précarité dans les magasins Plus à Séville lors de lEuroMayday 2006. Le 29 avril, plus de 100 précaires masqués, parmi lesquels la Vierge de la Précarité, ont envahi le supermarché Plus de la calle Arroyo. Pendant une heure ils ont bloqué les caisses, lancé des slogans appellant à des droits sociaux et du travail égaux pour tous, et ont «exproprié» trois chariots remplis de produits alimentaires de base.

Le but de cette action était de dénoncer le licenciement abusif (parce qu
elle était enceinte) de Fatima Fernandez par la chaîne Plus, et plus largement dexposer la situation des travailleurs précaires des grandes surfaces, privés de tous droits. Cette action faisait partie du programme dactivités de lEuroMayday : le 1er mai des précaires veut rassembler et mobiliser les figures du travail sans droits, migrants, travailleurs temporaires, ceux qui travaillent sans contrat ou avec des contrats atypiques, etc.


Nicolas Sguiglia et Javier Toret ont exercé leurs fonctions de représentants syndicaux (CGT et SOC-SAT) et ont servi de médiateurs avec la chaîne Plus pour arriver à un réglement mettant en lumière la caractère pacifique de l’action. Le gérant du supermarché les a dénoncés à la police comme responsables de l’action, et l’
accusation a réclamé contre eux une peine de deux ans de prison pour les délits de vol et dintimidation, alors que la valeur totale des trois chariots expropriés ne dépassait pas 287 €…


Le 23 janvier 2009 se tiendra à Séville le procès. Nous appelons toutes les organisations sociales, politiques et syndicales, à se joindre à cette campagne, pour qu
en obtenant lacquittement de nos deux camarades nous donnions une réponse unie et puissante à la criminalisation de laction sociale.

Comment manifester sa solidarité ?
—  En signant et envoyant le modèle de fax au Procureur de Séville, au numéro +34 955 005 114.
—  En envoyant le nom de votre organisation, association ou initiative, et votre message de soutien.
—  En assistant à la «Réunion contre la criminalisation des actions sociales et syndicales, pour lacquittement de Nico et Javi» qui se tiendra le même jour, vendredi 23 janvier 2009, devant le Palais de Justice à San Sebastian de Séville.
—  En nous aidant à faire circuler l’information, pour faire connaître ce déni de justice. N’hésitez pas à traduire ce texte, cela nous sera utile pour élargir la solidarité.

Indymedia Estrecho/Madiaq, 2 janvier 2009.

Commenter cet article