Attaque de banques dans les quartiers bourgeois de Paris

Publié le par la Rédaction

En solidarité avec les émeutiers grecs

Le samedi 20 décembre 2008, journée internationale de solidarité avec les émeutiers grecs, nous avons saboté les distributeurs de billets d’une trentaine de banques à la soude, les rendant inutilisables et irréparables.

En ce samedi d’achats de Noël, nous avons pu emmerder les bourgeois du Quartier latin et de saintGermain-des-Prés, les empêchant de retirer le fruit premier de l’exploitation ; l
argent. Et surtout, nous avons forcé les banques à remplacer leurs distributeurs, occasionnant des milliers d’euros de dégâts.

Ainsi, nous avons tenu à manifester notre solidarité active avec ceux et celles de Grèce, qui attaquent les mêmes banques à coups de cocktails Molotov et autres engins incendiaires, car les conditions de l’exploitation sont les mêmes, ici, là-bas, partout où se trouve le Capital.


C’est aussi pour montrer qu’avec un peu d’imagination, de soude et d’eau, on peut faire très mal à nos ennemis irréconciliables. La technique peut être facilement reproduite et diffusée à grande échelle. À bon entendeur…

«Dépêche-toi d’attaquer le capital avant qu’une nouvelle idéologie ne le rende à nouveau sacré.»
Alfredo M. Bonanno, 1977.

Des anarchistes
Indymédia Nantes, 21 décembre 2008.



C’est quoi votre truc, le club des cinq quest tombé sur un fakes de fanzine anarchiste ? Bon alors, très clairement, vous êtes mignons avec vos distributeurs, mais je crains que pas grand monde vous trouve crédibles. Niquez les distributeurs et après ? La révolution ? Ah ok…
Un peu de sérieux… Ne vous cramez pas dans ce genre de connerie ! Oui, oui, je le dis clairement. Cest dans les luttes collectives que les anarchistes et libertaires doivent sinvestir. Jouer les enflammés apprentis saboteurs, cest du cliché de série B. Si on veut faire bouger les choses, cest dans les AGs que ça se passe, dans les quartiers avec tes voisins, dans ton usine, ton agence dintérim, ton syndicat, ton ANPE. Simplement, un peu de patience ! Cela ne sert à rien de sisoler. En 2005, par exemple durant les luttes CPE, cest simplement au bout de trois semaines que des blocages économiques, que des actions plus offensives ont vu le jour. Ce qui mintéresse moi, cest pas de la jouer avant garde, mais plutôt de décider et délaborer collectivemment avec le plus grand nombre. Cest ça qui est intéressant et vraiment dangereux ! Quand les choses sont portées par un ensemble et pas simplement par deux/trois individus qui se croient investis dune mission spéciale.
Alors, oui cest plus long. Ca demande plus de temps. Cest moins SPECTACULAIRE mais cest beaucoup plus dangereux. Le pouvoir veut nous isoler. Il veut nous voir divisés. Cest là quil gagnera. Alors, pas la peine de les aider…
Kesta
Forum Classe contre classe, 22 décembre 2008
Outil pour les luttes sociales et les contre-cultures.



«France - Grèce : Insurrection partout !»
Inscription tracée le 19 décembre 2008
sur les murs de l’Institut français d’Athènes

Publié dans Grèce générale

Commenter cet article