Manifestation contre le capitalisme et son WEF - 31 janvier à Genève

Publié le par la Rédaction


Alors que la crise des subprimes secoue le monde entier et vient d’atteindre le capitalisme dans son ensemble, plongeant ainsi les États-Unis et l’Europe dans la récession, alors que les peuples payent actuellement la facture du capitalisme, l’élite économique et politique s’est une fois de plus donné rendez-vous à Davos du 28 janvier au 1er février. Selon Klaus Schwab, directeur du WEF, le 39e Forum économique mondial sera une rencontre «record quant à la quantité et au statut des participants. Cela reflète notre aspiration à trouver une solution commune aux problèmes épineux qui se profilent devant nous» (site internet du WEF). Le bourreau de Tchétchénie, Vladimir Poutine ouvrira le forum, cela donne le ton d’une réunion qui sera menée par l’élite capitalisme mondialisée qui n’hésite pas à affamer toute une partie de la population mondiale et de détruire les cadres d’existences. On peut en déduire que ceux qui ont produit et profité de la crise trouveront des solutions à court terme pour sauver leurs intérêts. C’est une gigantesque opération de spoliation et de vol qui est et sera menée : privatisation des profits et socialisation de pertes.

Crises, climat, guerres : c’est ça le capitalisme

Contrairement à la propagande du pouvoir, cette crise n’est pas le résultat d’un malheureux concours de circonstances ou de spéculations hasardeuses : ses racines sont systémiques, c’est donc le système lui-même avec sa structure et ses mécanismes qu’il faut remettre radicalement en cause. L’échec du modèle capitaliste n’a jamais été aussi évident qu’aujourd’hui, comme l’attestent les crises alimentaires, écologiques et énergétiques ainsi que la précarisation des travailleurs, l’exploitation, les guerres néocoloniales et l’essort permanent du racisme et du sexisme sous toutes leurs formes. Ce modèle, soutenu par les membres et invités du WEF, est inacceptable. Il faut en tirer les conséquences qui s’imposent et lutter pour des transformations sociales radicales.

Mobilisé depuis de nombreuses années pour dénoncer le Forum de Davos et les décisions qui y sont prises, le mouvement anti-WEF subit depuis des années la répression systématique et la criminalisation de la part de l’État. La liste est impressionnante : matraquage, ratissage, gazage, arrestations et fichages de masse, quadrillage et militarisation du territoire avec fermeture des frontières, «mesures préventives»… La répression de la contestation anti-WEF participe à la mise en place de politiques d’exception. L’objectif du pouvoir est clairement de faire taire le mouvement, il reste qu’il n’a pas réussi pour l’instant à convaincre le peuple que l’ordre dominant actuel serait le meilleur — d’autant moins en cette période de crise. La légitimité de la critique se renforce et nous devons, en nous mobilisant, montrer notre détermination à la poursuivre même si elle dérange l’ordre établi.

Dans la rue contre le WEF, pour un autre monde !

Organiser une grande manifestation à Genève en janvier 2009, prend tout son sens à l’heure de la crise mondiale du capitalisme. Genève se place au cœur de ce système en tant que cité des banquiers privés, en tant que siège du WEF et seul État au monde avec Monaco à en être membre, en tant que paradis fiscal — refuge de l’argent extorqué aux populations — en tant que place financière privée et en tant que bourse mondiale aux matières premières, notamment de l’or et du pétrole. Manifester à Genève de façon pacifique mais avec un contenu radical, dans le cadre de la construction d’un mouvement social large, signifie donc porter nos revendications au cœur du système capitaliste. Nous vous appelons à construire ensemble un front de résistance large à l’échelle internationale pour jeter les bases d’un nouveau modèle politique, social, économique et environnemental radicalement différent.

C’est le Capitalisme qui engendre la crise
C’est avec le Capitalisme qu’il faut en finir !

Grande manifestation, samedi 31 janvier, 14h00
rue du Mont Blanc, Genève


Organisations signataires (état au 10 décembre) : Action autonome, ATTAC Suisse, Gauche anticapitaliste, Organisation socialiste libertaire (OSL) Lausanne, Parti du travail Genève, Parti suisse du travail, POP & Gauche en mouvement, Revolutionärer Aufbau Schweiz, Revolutionäres Bündnis Region Zürich, Révolutionnaires contre le WEF.

Publié dans Agitation

Commenter cet article