Les gendarmes en colère tirent à vue sur le CODEDO et Hélène Franco, du Syndicat de la magistrature

Publié le par la Rédaction

Gendarmes en colère (demi-tour gauche, cliquez, hop !), comme son nom l’indique, est un site de gendarmes pas contents. Et qui le disent. Et qui parlent du CODEDO, sur un forum sous-titré «Vous êtes bien assis ?» Mazette ! C’est-y qu’on aurait du soutien du côté de la maréchaussée ! Ben oui, quoi, sils ont fait un site qui sappelle Gendarmes en colère, cest pas pour se lâcher sur le cochon-de-client-qui-respecte-pas-le-code-de-la-route, mais plutôt pour dénoncer leurs conditions de travail !!… Et je me dis, tiens, et si les militaires se mettaient à réfléchir !?? Mettez-vous à leur place. Le képi, ça démange, alors ils enlèvent le couvre-chef, ils se passent la main dans les ch’veux, et sous le cuir il y a un crâne, sous le crâne une boîte crânienne, dans la boîte un cerveau, et dans le cerveau cest bourré de neurones, de synapses, de machins, tassés comme des sardines, alors ça frotte, crépite, ça fait des étincelles… Et voilà comment votre chroniqueur (outragé) de la République Banania sest mis à cliquer comme un malade sur leur site, rubrique «Vous êtes assis ?» Je nai pas été déçu ! Ben mon colon cest du sérieux ! Mais c’est quils mordraient ! Mais c’est qu’ils lâcheraient les chiens (comme les collègues du Gers, wouah, wouah !!). Pour ça, ils sont pas contents du tout après nous, et l’idée quon sapprête à demander par voie de pétition la dépénalisation du délit doutrage les fait tomber de leur chaise (sur laquelle certains de ces messieurs semblent passer beaucoup  de temps, je le signale en passant à Hervé Morin, sont plus souvent au clavier quau radar et à lalcootest, les loustics, fin de délation). Ça leur donne des frissons (qui les contraignent à tomber le képi, tellement qu’ils ont des sueurs), et plus ils tombent le képi, plus ça les démange, et plus ils pensent, plus ils sont en colère, cest la quadrature du gendarme… Il y a même un pauvre malheureux gars qui raconte quil a eu la nausée en parcourant notre site. (Pauve p’tiot segrétinat ! Mais faut aller voir une assistante sociale, sinon il va dépérir !) Et un autre qui sattaque en des termes grossiers à la magistrate Hélène Franco. Et encore un autre qui semble avoir les poings qui piaffent. Bref, le mieux, c'est encore de juger sur pièces, en faisant bien attention à ne pas tomber de votre chaise car les commentaires de nos amis pandores volent vraiment très très haut. Et prouvent quon a vraiment beaucoup, beaucoup (mais vraiment beaucoup !) de pain sur la planche ! (Comme dit lun de ces braves militaires, on ne vit vraiment pas sur la même planète, les gars !)

Un extrait, au hasard (ils sont à peu près tous de la même eau) :
«Alors jouons le jeu à lancienne.
Lui ou eux : “Sale con de flic !”
Et moi : “Pan dans ta gueule…” (mon poing ou mon BPT, je précise)
Ben oui, on a doit aussi à légalité citoyenne…»
Cest signé RICOU 64, un poète des Pyrénées dont la devise est «faire et défaire, cest toujours travailler…» (!?)

Chroniques (outragées) de la république Banania (3),
CODEDO, 10 décembre 2008.

Publié dans La police travaille

Commenter cet article