Lycées en lutte dans le Jura comme ailleurs

Publié le par la Rédaction

Réforme du lycée : blocages d’établissements par des élèves

Plusieurs lycées étaient bloqués lundi ou leurs cours perturbés dans plusieurs villes, dont Caen, Amiens ou Bordeaux, par des élèves opposés aux réformes voulues par le ministre de l’Éducation nationale Xavier Darcos, a-t-on appris auprès des rectorats et un proviseur a été légèrement blessé à Brest.

À Brest, plusieurs dizaines de jeunes, sans mot d’ordre ni revendication particuliers, ont perturbé les cours de plusieurs lycées. Un chef d’établissement a été légèrement blessé en tentant de s’interposer et a dû être hospitalisé, selon la police qui a dispersé la manifestation sans violences dans l’après-midi.

À Caen, le lycée Dumont-d’Urville (1100 élèves), a été bloqué dans la matinée par une soixantaine d’élèves. L’établissement a décidé de suspendre les cours pour la journée de mardi, selon le rectorat de Caen. Le lycée Laplace (660 élèves), tout proche, a également été bloqué par quelques dizaines d’élèves.

Trois autres établissements — les lycées Jean-Guéhenno à Flers et Mézeray à Argentan (Orne) et le lycée Charles-Tellier à Condé-sur-Noireau (Calvados) — ont été partiellement bloqués, certains cours étant assurés, selon le rectorat.

Un des élèves bloquant le lycée professionnel Mézeray (600 élèves) a cependant indiqué à l’AFP qu’aucun cours n’avait lieu dans l’établissement et que le blocage pourrait continuer dans les prochains jours. «Nous voulons dénoncer l’aberration de la réforme du bac, général comme pro», a expliqué Quentin Giry, élève de première ES, joint par téléphone.

Dans le Sud-ouest, «on a observé de l’absentéisme en Gironde, à des degrés variables» et un rassemblement dans les rues du centre de Bordeaux a réuni «1100 élèves», a affirmé le rectorat.

En Dordogne, la gendarmerie a dénombré 500 lycéens manifestant à Périgueux, 250 à Ribérac et 100 à Nontron.

Un mouvement de moindre ampleur a également touché la côte basque, selon le rectorat, qui a signalé «des attroupements plus ou moins importants» devant quelques établissements mais aucun cas de blocage.

À Amiens, c’est le bâtiment principal du lycée Louis-Thuillier qui a été occupé par des élèves qui s’étaient vus, selon eux, interdire par la direction la tenue d’une assemblée générale sur la réforme du lycée.

Les manifestants, dont les initiatives semblent largement spontanées selon les rectorats, s’opposent notamment à la réduction du volume hebdomadaire des cours et craignent des suppressions de postes d’enseignants et une augmentation du nombre d’élèves par classe.

L’absentéisme était par ailleurs «fort» lundi dans deux lycées de Cherbourg et sa banlieue, a précisé le rectorat d’académie.

En Loire-Atlantique, quatre établissements ont été perturbés lundi à Nantes et Orvault (blocage partiel), Blain (cours suspendus pour la journée) et au lycée professionnel de Guérande (fort absentéisme), selon le rectorat de Nantes.

À Chinon (Indre-et-Loire), une centaine d’élèves ont manifesté dans la matinée à l’entrée de leur lycée, avant de se rendre en cours.

Ces manifestations font suite à une mobilisation des lycéens vendredi à l’appel du syndicat Fidl qui avait été suivi par quelques milliers de lycéens à travers la France.

AFP, 9 décembre 2008.


Plusieurs centaines de lycéens manifestent en Franche-Comté

Plusieurs centaines de lycéens opposés aux réformes du ministre de l’Éducation nationale Xavier Darcos ont manifesté mardi dans le calme devant trois lycées à Morteau (Doubs), Saint-Claude (Jura) et Dole (Jura), a-t-on appris auprès du rectorat et de la gendarmerie.

À Morteau, près de 300 lycéens, d’après les gendarmes, 200 d
après la direction de létablissement, se sont rassemblés le matin devant le Lycée polyvalent Edgard-Faure (1200 élèves) pour protester protester contre la baisse des effectifs dans l’Éducation nationale et la réforme du baccalauréat, ont indiqué les gendarmes et la direction de l'établissement.

À Saint-Claude, près de 150 des 950 élèves du Lycée polyvalent et professionnel se sont réunis devant leur établissement vers 8h00 mardi pour les mêmes raisons, a indiqué la direction du lycée qui a reçu une délégation dans la matinée. Les manifestants prévoient de se rendre devant la sous-préfecture en début d
après-midi, a précisé le rectorat.

À Dole, une centaine d
élèves du Lycée denseignement général, technologique et professionnel Jacques-Duhamel se sont réunis devant létablissement avant de se disperser, a ajouté le rectorat.

AFP, 9 décembre 2008.

Publié dans Éducation

Commenter cet article