La Complainte de la lutte

Publié le par la Rédaction



Samedi 13 décembre, 14h30, place Jean-Jaurès : «La lutte en chantier», chorale militante de Tours, soutient les inculpés de Tarnac et d’ailleurs.


Sur l’air de «La Complainte de la butte»



Tout au fond d’un village charmant des poètes et des inconnues
Décidèrent de vivre autrement mais ils ne sont jamais rev’nus…

Enfermés dans une prison, accusés après la battue.
Demain c’est nous qu’ils rafleront quelque part au coin d’une rue.

Les bleus dans leurs casques cassent leurs matraques sur tes cheveux roux.
La BAC me pousse et de sang éclabousse mon jupon plein d’trous.

Les gardes mobiles nous veulent serviles, nous veulent blasés.
Nous sommes au contraire joyeux, solidaires avec les inculpés.

REFRAIN :
La répression de la lutte est dure aux militants.
Les liens qui les unissent n’en sont que plus importants.

Lycéens bohèmes, faucheurs d’OGM ou encore étudiants,
Soutiens aux sans pap’ combattants d’Tarnac, de Paris ou de Rouen,

Émeutiers d’novembre, incendiaires de chambres, au fond de leurs prisons,
Désobéissants, dénoncant la guerre ou la délation.

REFRAIN :
La répression de la lutte est dure aux militants.
Les liens qui les unissent protègent les dissidents.

Pour un fumigène, et pour des clous même tu vas en prison.
Demain c’est ton fils, ta sœur ou la mienne, qu’ils arrêteront.

Comme y’a pas d’justice, elle sera terroriste aux yeux de la nation
Dangeureuse activiste, enfermée pour cause… de contestation.


REFRAIN :
La répression de la lutte est dure aux militants.
Les liens qui les unissent protègent les dissidents.

Indymédia Toulouse, 3 décembre 2008.

Publié dans La police travaille

Commenter cet article