Fait divers : Albin en garde à vue

Publié le par la Rédaction

Interpellé dans la pénombre de son bureau sis au septième douillet rédigeant un billet subversif où figuraient dans une très longue phrase sans verbe et sans sujet ni ponctuation le mot chai suivi d’assez près lécriture nétait pas très lisible de ladjectif hagard ou peut-être bien du substantif hasard et quelques lignes plus bas des initiales P.V. censées masquer le nom dun personnage enfin de l’expression à 8 heures 43.

Or il se trouve que : la Direction Générale de la SNCF a un projet classé «confidentiel» de suppression du train reliant Pierrelaye à Vouzay dont le départ est actuellement fixé à 18 heures 34.


Heureusement la police est intervenue avant qu’il n
ait le temps de terminer sa phrase. Les enquêteurs recherchent activement d’éventuels complices qui auraient pu divulguer l’information et mettent simultanément tout en œuvre pour déchiffrer dans sa complexité le code élaboré par le suspect.

Son crayon lui a été confisqué. On a perquisitionné son calepin. Il a été soumis à 340 fouilles au corps contradictoires, orifices dûment reniflés par autant d
experts maîtres-chiens.

Trois chefs d’inculpation retenus contre lui :
1. Association de graphomanes,
2. Sabotage dhoraires ferroviaires et de la syntaxe,
3. Terrorisme verbal.

Dès le matin Madame Marcel a apposé deux affichettes, l’une chez Rivière, l’autre à la boucherie chevaline, elle vise un large comité de soutien.

Partisan de l’action directe Bob préfère carrément casser la gueule à Bernard Laporte c’est le seul ministre qu’il connaît et puis cet accent on n’a pas idée.

De l
avis de Broutin les forces de l’ordre nont fait que leur travail et appliqué la procédure ad hoc.
Albin, journalier, 2 décembre 2008.

Commenter cet article