Je ne suis pas une (machine) reproductrice

Publié le par la Rédaction

Les anti-IVG reprennent du service :
Contre-manif le samedi 13 décembre à Dijon

Je dois avouer qu’ell·eux n’ont pas l’air très offensif·ve·s, les dix petit·e·s vieux·ielle·s qui viennent passer une matinée devant l’hôpital du bocage, une fois tous les deux mois.

Pour tout avouer, prise au dépourvu, j’aurais presque pu me contenter de les regarder de loin, en souriant avec indulgence…

Là où ça coince, ces que s’il·elle·s se réunissent ici, ce n’est pas en raison d’une obscure attirance pour les blocs de béton, ou pour le magnétisme du parking de l’hôpital du Bocage.

Si ell·eux psalmodient des prières de conserve, c’est parce que le centre d’orthogénie, joli terme qui désigne le service où se déroulent les Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG) se trouve dans la maternité.

Et nos papys’s mamy’s, ne pouvant plus, comme au «bon vieux temps» se contenter de dénoncer à la vindicte populaire et à la justice les meurtriers (comprendre les avorteurs qui pouvaient il y a quelques années être soumis à la peine de mort) ont dû se reconvertir. C’est là où «miracle !» intervient l’association «SOS tout-petits» qui réunit avec bonheur intégristes catholiques et fachos depuis 22 ans (voir photos d’anniversaire sur leur site, c’est croquignollet).

Les «anti-ivg» ont changé de moyens d’actions, tablant leur politique sur le lobbying au sein des hautes instances d’une part et opérations «chocs» de culpabilisation des femmes d’autre part. On se souviendra des tristes actions contre les cliniques et hôpitaux pratiquant l’avortement.

D’ailleurs, quand le gouvernement fait passer une loi en août 2008 qui, sous prétexte de «faciliter le deuil» des parent·e·s, leur permet d’inscrire le fœtus atteint de fausse couche sur le livret de famille, et ce quel que soit son stade de développement, ell·eux ne s’y trompent pas et saluent l’initiative. Ell·eux n’iront pas s’inquiéter, comme moi, de ce que le droit français qui ne reconnaît jusqu’à nouvel ordre, en tout cas le statut juridique d’un embryon qu’à partir du sixième mois, et «permet» aux femmes d’avorter jusqu’à la douzième semaine de grossesse (et de se payer un voyage en Espagne quand elles ont dépassé le délai et ont de la thune) vienne se contredire et ouvrir la brèche à une remise en cause du droit des femmes à disposer de leur sexualité, de leurs corps et de ses possibles…

Aujourd’hui même, se construisent des centres d’orthogénie dans des «hôpitaux couple-enfant» comme à Grenoble, plein d’indices semblent concorder pour revenir sur des droits des femmes acquis de haute lutte. Il y a encore beaucoup de luttes à mener :
- Développement de la recherche publique sur l’ensemble des moyens de contraception,
- Accès réel et égal aux choix de méthodes d’IVG et de contraception,
- Développement de l’avortement à domicile (comme dans d’autres pays de l’UE),
- Suppression de l’obligation de la personne référente pour les personnes mineures,
- Obligation de maintenir un service assurant les IVG dans chaque centre hospitalier et augmentation de leurs capacités d’accueil,
- Alignement sur les législations les moins restrictives d’Europe,
- Réflexion et formation continue pour les personnels hospitaliers.
Réaffirmons les droits des femmes en distribuant tracts et préservatifs et en osant parler, aussi pourquoi pas ? de nos avortements qui se sont «bien passés» malgré la pression sociale et les tentatives de culpabilisation diverses et variées.

Empêchons les intégristes religieux d’effectuer leurs prières et de propager leurs idées nauséabondes en venant nombreux·euse·s le
Samedi 13 décembre 2008 à 14 heures 30
Devant la maternité de l’hôpital du Bocage
Manifester notre envie de continuer à disposer de notre corps comme outil de recherches de sensations intéressantes et improbables, et non comme outil de reproduction au service du «travail-famille-patrie», pourtant si en vogue ces temps-ci.

Brassicanigra, 2 décembre 2008.

Commenter cet article