Tarnac, chacun de nous est concerné

Publié le par la Rédaction


«Lorsqu’ils sont venus chercher les communistes
Je me suis tu, je n’étais pas communiste.
Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes
Je me suis tu, je n’étais pas syndicaliste.
Lorsqu’ils sont venus chercher les sociaux-démocrates
Je me suis tu, je n’étais pas social-démocrate.
Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs
Je me suis tu, je n’étais pas juif.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait plus personne pour protester.»
Martin Niemöller


Tarnac, chacun de nous est concerné

Après les arrestations du 11 novembre dernier, dans laffaire des «sabotages» SNCF, on constate aujourdhui que le dossier daccusation est vide : aucune preuve, aucun élément matériel. Pourtant, cinq personnes sont en prison, quatre sont en contrôle judiciaire. Les neuf sont poursuivis pour des faits relevant de dispositions anti-terroristes, lun dentre eux encourt jusquà vingt ans de prison.

Présomption dinnocence : ça soublie très vite, on fabrique des coupables, on établit des profils psychologiques et politiques, on fustige un livre maudit…

Terrorisme : difficile dassocier terrorisme et dégradation de bien, en lespèce des caténaires. Alors on raconte une histoire, celles de jeunes «reclus» à la campagne fomentant un obscur complot contre la société depuis une base arrière : Tarnac.

Pourtant, sur le plateau de Millevaches, il se raconte une autre histoire. Celles de jeunes gens venus sinstaller à la campagne, vivre autrement que dans lagitation des métropoles. Ils tiennent lépicerie du village, participent pleinement à la vie locale. Alors sils ne sont pas de mystérieux clandestins, pour quels motifs les accuse-t-on de terrorisme ?

En réalité, avec les dispositions antiterroristes le pouvoir saffranchit de toute contrainte. Désormais rien ne protège le justiciable. Régime dexception, pouvoir dexception, injustices dexception.

Nous demandons la libération des personnes incarcérées et labandon des poursuites relevant des dispositions antiterroristes.

Comité de soutien aux inculpés de Tarnac - Limoges
Iacam, 22 novembre 2008.


Réunion publique d’information
Le mardi 2 décembre à 20h30
Salle municipale Blanqui 2 à Limoges

Commenter cet article