Des vertus dormitives de la fusion ANPE-ASSEDIC

Publié le par la Rédaction


Depuis la mi-octobre, nous nous amuserions presque de voir avec quelle énergie le gouvernement  revient (en surface seulement) sur les politiques libérales  qu’il a imposées à marche forcée. Le secrétaire à l’emploi L. Wauquier annonce une relance des contrats aidés (380.000 en 2008) alors qu’on prévoyait de ramener ce chiffre à 230.000… Aucun recul des politiques régressives et antisociales n’est envisagé. Au contraire !

Sublime hypocrisie aussi, la critique du système de formation qui n’aurait pas bien fonctionné alors que depuis des années on torpille l’accès à la formation et qu’on s’escrime à tordre le coup de l’AFPA (quand on veut abattre son chien…).

Alors pourquoi, selon Dominique-Jean Chertier (président du CA de la nouvelle institution), la fusion ANPE-ASSEDIC sera efficace : «Nous aurons l
an prochain à peu près le même nombre demplois. Avec les référents et les entretiens uniques, nous allons faire des gains de productivité importants permettant daméliorer le service rendu» ou alors «Mais je suis persuadé que la fusion va occasionner rapidement des gains defficience» ?

Maintenant voilà donc le nouveau «plan emploi» du président de la République qui confirme les orientations citées précédemment en y introduisant encore des mesures  de précarisation (CDD assouplis et travail le dimanche) et évidemment brandit l
arme suprême contre le chômage : le guichet-référent-contrôleur unique ! Cest magique on vous dit ! Ils en sont sûrs les gars. Donc cest efficace parce que ça renforce lefficacité. CQFD !

Pas étonnant donc, que l
ANPE ne soit pas exempte dinjonctions paradoxales de même type, ni dy ressentir un éloignement de plus en plus patent entre les objectifs portés par les ELP et le travail des conseillers, qui conduit à des situations aberrantes. Ainsi nous constatons au travers des circulaires internes ou des recommandations managériales  de plus en plus de dérives : un AEP  qui ne veut pas enregistrer un entretien avec un DE car «pas dans la fenêtre de tir» et donc ne compte pas dans les indicateurs, bien que lentretien soit effectif ; une agence qui note dans ses dispositions particulières que les DE ne doivent pas avoir dentretiens dembauche le jour de leur RDV SMP…

Au regard des axes de formatage prévus pour les personnels (surtout ANPE) de la nouvelle institution, il est clair que les changements de métiers impliquent un changement de mission et surtout de déontologie. De plus, la teneur du programme de formation prévue atteste de la volonté de voir disparaître la notion de conseil au profit de celle de contrôle. Le Référent Unique aura à sa main tous les outils pour contraindre et sanctionner le demandeur d
emploi, doffice présumé coupable de fraude ou de fainéantise.

Comment dans ses conditions pouvoir espérer une quelconque augmentation de salaire, pour un  professionnel dont la mission principale sera de faire baisser les prétentions salariales et faire accepter un maximum de flexibilité, au regard des nouveaux codes de radiation et règles d
actualisation du PPAE ? «Exploitation bien assumée commence par soi-même», nous rétorquera-t-on bientôt !

La crise qui secoue l
économie mondiale reste une aubaine pour les tenants de lultra libéralisme qui sempressent de casser le service public au nom des économies budgétaires, de licencier en prévision des éventuels déficits des actionnaires, dimposer toujours plus la précarité (CDD, Contrats aidés…) et  la baisse des prétentions salariales. On débourse cash 10 milliards deuros pour six banques  françaises et on couvre leurs boursicotages toxiques à hauteur de 320 milliards. Mais pour trouver 1,5 milliards pour le service public de lemploi… surtout quand on augmente les lignes budgétaires destinées aux Opérateurs Privés de Placement ?

Dans un tel contexte, quel avenir pour les usagers
et les personnels du service public de l’emploi ?



Publié dans Chômeurs - précaires

Commenter cet article