Des policiers suisses testent le pistolet au piment

Publié le par la Rédaction


Des forces de l’ordre essaient un pistolet au piment. De fabrication suisse, l’arme concurrence le Taser.

La police municipale de Kloten (ZH) et les gendarmes tessinois testent une arme à mi-chemin entre le Taser (pistolet à décharge électrique) et spray au poivre. Le JPX Jet Protector, fabriqué par la société suisse Piexon, intéresse aussi les polices allemande et japonaise.

Ce pistolet a un viseur laser. Sa munition : un superconcentré de piment. «La personne atteinte au visage est neutralisée plus vite qu’avec un spray au poivre», affirme le patron de Piexon, Jürg Thomann.

Selon lui l’effet neutralisant est aussi efficace qu’avec le Taser. Sauf que le risque sur les organes vitaux, dont le cœur et les reins, serait bien moins grand. Un argument que Jürg Thomann espère décisif pour concurrencer le Taser sur le marché mondial.

Mais les défenseurs des droits de l’homme se méfient : «Les sprays au poivre sont des armes dangereuses», affirme Daniel Graf, porte-parole d’Amnesty International. À la police cantonale vaudoise, on n’a pas encore eu vent de la nouvelle arme.

Son porte-parole, Jean-Christophe Sauterel, rappelle que toute nouvelle arme et munition est analysée par une commission nationale. Sur cette base, chaque commandant cantonal donne ensuite un avis consultatif à son gouvernement.

Presse jaune, 29 octobre 2008
(Gaudenz Looser, 20 Minutes).

Commenter cet article