Collectif pour un logement autogéré et solidaire à Perpignan

Publié le par la Rédaction

Collectif pour un Logement Autogéré et Solidaire – CoLAS

Parce que nous faisons le constat que nombre d’individus survivent dans des conditions de logement inacceptables (impossibilité de payer son loyer, pas de logement, logement insalubre, trop petit etc.) à Perpignan comme ailleurs ; quand un grand nombre de logements sont vides et inutilisés depuis un trop grand nombre d’années ;
Parce que nous refusons que la question essentielle du logement continue à être prise en charge par l’État, les collectivités locales et leurs satellites (sociétés HLM, Agence Nationale de Rénovation Urbaine…) dont les politiques se résument à la construction de cages à lapins pour loger les pauvres, et à la destruction spectaculaire de «tours» pour récupérer du foncier pour loger les plus riches, et toujours avec l’unique préoccupation de permettre la reproduction de cette société inégalitaire ;
Et parce que nous sommes attachés au principe d’un logement décent et gratuit pour toutes et tous ;
Nous avons décidé de nous organiser en créant ce collectif pour procéder à la reprise directe (sans aucune médiation) de logements vides et non utilisés.

Nous apportons notre soutien au maintien dans les lieux d’occupants (avec ou sans titre) menacés d’expulsion.

Notre collectif propose des informations juridiques sur les droits des locataires ou des occupants sans titre d’un logement, et nous assurons la promotion et la diffusion des pratiques du collectif.

Le collectif s’interdit toute négociation avec les autorités : le droit au logement ne se négocie pas. Nous refusons toute compromission, lien et initiative commune avec les organisations ou partis représentatifs ou institutionnels et nous autofinançons.

Le fonctionnement du collectif est basé sur les principes de la démocratie directe : prise de décision collective en Assemblée générale, pas de porte-parole ni aucune autre délégation donnée à titre permanent à des membres ; mais des mandats ponctuels et limités. L’adhésion au collectif est individuelle et nécessite l’approbation de l’Assemblée.

Nous sommes solidaires de toutes celles et tous ceux qui agissent avec les mêmes pratiques et objectifs que les nôtres, ici comme ailleurs.

Si l’existence du salariat est légale,
Si un salaire de merde, c’est légal,
Si un loyer élevé, c’est légal,
Alors, le collectif ne reconnaît pas cette légalité, cette injustice.

«Le droit de vivre ne se mendie pas, il se prend !»

Pour nous contacter :
Collectif pour un Logement Autogéré et Solidaire
28, rue Ernest-Lavisse 66000 PERPIGNAN

Liste francophone de diffusion d’infos
relatives aux squats, 31 octobre 2008.

Commenter cet article