Bons-Enfants News

Publié le par la Rédaction

Cocktail Molotov jeté devant le domicile d’une commissaire à Laeken (Bruxelles)

Un inconnu a jeté un cocktail Molotov dans la nuit de mercredi à jeudi devant le domicile d’une commissaire de police à Laeken, a-t-on appris auprès du parquet de Bruxelles.

La commissaire a été réveillée vers 00h30 par le bruit. Des déchets de construction de la maison, qui est en chantier, ont pris feu. Le début d’incendie a été éteint dans un premier temps par des policiers arrivés sur place, puis par les pompiers. Les dégâts sont limités. Aucun suspect n’a été interpellé.

La commissaire travaille au service du Palais de Justice au sein de la Direction des Interventions et du Soutien opérationnel de la zone de Bruxelles Capitale Ixelles, qui a pour mission principale d’assurer le transfert des détenus et la surveillance des cours et tribunaux. Elle n’aurait fait l’objet d’aucune menace et ne soupçonne personne.

RTL, 23 octobre 2008.



Deux engins explosifs contre la police municipale de Parme :
quatre compagnons arrêtés


Dans la nuit du 19 au 20 octobre, deux engins explosent devant le quartier général de la police municipale de Parme (Italie). Les dégâts sont limités, aucun des flics qui se trouvaient à l’intérieur ont été blessés. Cette section de la police municipale a récemment été dénoncée par un étudiant ghanéen, Emmanuel Bonsu, qui a rendu public qu’il a été battu et torturé dans ce commissariat. Ces derniers temps, de plus en plus de dénonciations d’immigrés qui sont torturés dans les commissariats sont rendues publiques. Le climat dans les rues italiennes peut être caractérisé actuellement par le nombre croissant des attaques fascistes contre des immigrés, des tziganes, des homosexuels, des «alternatifs» et des compagnons (avec le consentement muet d’une partie toujours plus large de la population), par un totalitarisme croissant (avec l’armée dans la rue qui aide la police à remplir ces tâches et avec des conseils municipaux qui font toutes sortes d’interdictions) et par les différents corps de la police qui, depuis la nouvelle victoire de Berlusconi, ne doivent plus camoufler leurs brutalités.

Le 20 octobre, tôt le matin, les maisons de deux anarchistes de Verona ont été perquisitionnées. Trois autres maisons (de leurs parents et amis) ont également été perquisitionnées. Ils ne trouvent rien de spécial mais confisquent un ordinateur, des tracts, du matériel «politique», un coup-de-poing américain et un couteau. Les deux compagnons sont amenés au commissariat, ils sortent vers 20 heures avec une accusation de «favoriser des transgresseurs» (article 378) parce qu’ils ont refusé de déclarer quoi que ce soit. À ce moment, trois autres anarchistes (deux compagnonnes et un compagnon) sont arrêtés et incarcérés à la prison de Vérone. L’accusation à leur encontre n’est pas encore formalisée, mais il s’agit probablement de «fabrication, transport et déflagration de matériel explosif avec des fins terroristes» et d’avoir mis une banderole (qui a été mis devant le commissariat le moment des explosions, dénonçant les tortures). Le 21 octobre, un quatrième compagnon est arrêté à Parme et incarcéré à la prison.

Les adresses des compagnons incarcérés :
Giuseppe Sciacca
Nora Gattiglia

Maddalena Calore
Casa circondariale di Verona - Montorio via S. Michele 15
37133 Verona Italie

Santo Caselbonese Fonti
Casa circondariale di Parma - Via Burla, 59
43100 Parma Italie

Publié dans La police travaille

Commenter cet article