Un nouveau squat à Bienne

Publié le par la Rédaction

Communiqué des occupants

En ce samedi 27 septembre 2008, nous nous réjouissons de vous informer de l’occupation du bâtiment situé chemin des Tulipes 4 et 6 à Bienne. Nous avons procédé à louverture dun nouvel espace de vie autogéré, dexpression libre, démancipation privilégiant des rapports de solidarité, dentraide et de partage des savoirs. Nous voulons tendre à lautonomie face à ce système qui ne sait créer que des dépendances, de lirresponsabilité et des humains soumis.

Nous allons essayer de construire dans ce lieu laissé à l
abandon un projet de vie alternatif ayant pour objectif premier la diffusion de nos idées et principes anticapitalistes, à travers principalement la culture et aux moyens aussi variés que divers (concerts, cuisines populaires, bibliothèques, ateliers pour permettre lexpression de nos artistes en manque despaces). La société de consommation génère des quantités incroyables de biens, et encore plus incroyable, elle en laisse pourrir une bonne moitié. Mais elle ne fait pas que générer des biens économiques, elle génère aussi des exclusions sociales. Nous faisons partie de ces gens-là et ne pouvons pas rester passives devant ce monde pourri. Travailler pour payer un loyer ne nous paraît pas utile. Payer pour entretenir des parasites tels que les propriétaires et les patrons qui se font de largent grâce à un système basé sur la propriété privée (aussi absurde quefficace) nous semble illogique. Voter pour que des politicards complètement junkies du pouvoir puissent magouiller en toute légalité, et ce au nom du peuple, nous paraît tout à fait incroyable à concevoir. Jeter à la poubelle des marchandises comestibles qui seront destinées à la décharge alors quelles sont encore tout à fait viables, pendant que des populations entières feraient nimporte quoi pour manger ne serait-ce quune fois par jour nous montre labsurdité quotidienne de ce système globalisateur capitaliste moribond qui laisse des maisons vides alors que des personnes se retrouvent sans toits.

Pour toutes ces raisons et bien d
autres encore, nous entreprenons de reprendre une maison laissée vide par la municipalité de Bienne, afin de la faire revivre, et par la même occasion nous entreprenons de vivre nos vies selon nos réels désirs et besoins, et non ceux quon nous crée. Nous voulons vivre en communauté selon des principes que nous établirons ensemble et librement et non pas selon des règlements de régies quon nous aura imposés.

Nous avons besoin d
espace pour la culture alternative menacée à léchelle internationale (rien quà Bienne, la Coupole, pour ne citer que cette structure de lalternative biennoise, est souvent sur la sellette), pour lexpression artistique non commerciale et le développement dune réelle critique de la société de consommation et dune alternative concrète par rapport à celle-ci.

Rejoignez-nous dès maintenant pour venir passer un moment au squat, parler, vous informer, boire une bière, danser, organiser la grande contre-offensive révolutionnaire anticapitaliste…

Nous appelons à louverture de plus de squats partout, tout le temps,
à l
extension des actions directes
et à la chute de l
ordre capitaliste mondial.
Longue vie au squat de la Tripouze,
longue vie à tous les révoltés qui ne baissent pas les bras !
À bas le capitalisme et son complice, l’État.
Nos vies ne sont pas négociables.

Salud y LIBERTAD

Collectif Tripouze
A-Infos, 28 septembre 2008
Une agence d’actualités par, pour et au sujet des anars.

Commenter cet article