Un tireur abat un détenu de la prison de Varces (Isère)

Publié le par la Rédaction


Hier, un ou plusieurs tireurs postés à l’extérieur des murs, sur une colline dominant la maison d’arrêt, située près de Grenoble, ont fait feu sur leur cible. Bilan : un détenu tué et un autre blessé.

Un détenu âgé d’une trentaine d’années a été tué par balle et un autre a été gravement blessé hier vers 17 heures alors que tous deux se trouvaient dans la cour de promenade de la maison d’arrêt de Varces, située à une dizaine de kilomètres au sud de Grenoble. Un ou plusieurs tireurs postés à l’extérieur des murs, sur une colline dominant la prison, ont fait feu sur leur cible à une distance d’environ cent mètres.

Le détenu tué par le sniper est Sghaïr Lamiri, condamné en juillet 2008 par la cour d’assises de l’Isère à huit ans d’emprisonnement dans une affaire de vols à main armée commis en 2001 et 2002. Sghaïr Lamiri, arrêté à Valence en 2008, avait été extrait de sa cellule il y a quelques mois pour être entendu par les policiers grenoblois de la Direction inter-régionale de la PJ de Lyon dans le cadre de l’enquête sur les règlements de comptes qui ont ensanglanté l’agglomération grenobloise depuis janvier 2007. Son frère Lassad avait été tué par balle en 2003 à Fontaine (dans la banlieue grenobloise). En janvier 2007, l’acquittement des hommes accusés d’avoir tué Lassad avait été suivi d’une série de règlements de comptes qui ont fait une dizaine de morts dans la région grenobloise. Le second détenu visé par le sniper — et évacué vers 18h15 par le Samu en direction du CHU de Grenoble-La Tronche sous escorte des gendarmes — serait Nourredine Agaguena, qui était en détention provisoire et attendait de comparaître devant la justice pour une affaire d’infraction à la législation sur les stupéfiants. Il avait semble-t-il été interpellé par les gendarmes dans le sud de l’Espagne avec une très forte somme d’argent.

Selon nos informations, un suspect qui tentait de s’enfuir a été interpellé par les gendarmes dans les environs de la prison quelques instants après l’attaque. D’après deux sources fiables, cet homme était armé d’une carabine de chasse à lunette et il ne serait pas connu des services locaux. S’il s’agit bien de l’auteur des coups de feu, il est très probable que ce tireur d’élite soit un tueur obéissant à des commanditaires pour abattre Sghaïr Lamiri avant qu’il ne sorte de prison.

Immédiatement après le meurtre, d’importantes forces de gendarmerie ont cerné la maison d’arrêt tandis que des militaires vêtus de gilets pare-balles pénétraient dans l’établissement. Le directeur général de la gendarmerie a été immédiatement informé des événements. «La ministre de la Justice Rachida Dati est également informée minute par minute», précisait une source judiciaire hier soir, alors qu’un incendie venait d’éclater dans la maison d’arrêt. Mme Dati est arrivée sur les lieux vers 23h30. Son cortège a pénétré directement dans la prison, sous les huées des familles des détenus tenues à distance par les gendarmes.

Denis Masliah et Vanessa Laime
Le Progrès (édition du Rhône), 29 septembre 2008.

Commenter cet article