À Paris comme en Ariège, grèves dans l'éducation

Publié le par la Rédaction

Collège-lycée Bergson (Paris 19) : Grève contre les suppressions de postes

La semaine de rentrée a commencé par une assemblée générale au collège-lycée Bergson dans le 19e arrondissement à Paris. Au moins 35 enseignants, selon les syndicats, 40% de l’équipe, selon le proviseur de l’établissement, ont décidé de se mettre en grève ce lundi, à la suite d’un préavis déposé jeudi dernier.

L’équipe pédagogique proteste contre les «12 suppressions de postes», qui a entraîné «des classes surchargées» — plus de 30 élèves en langue au collège et deux classes de S à 35 au lycée —, et le dispositif des heures supplémentaires : «Au lieu d’être à temps plein à Bergson, sept enseignants sont obligés de faire la navette entre deux établissements. Les heures de cours, pourtant, ne manquent pas puisqu’elles doivent assurées en heures supplémentaires par d’autres profs», explique à 20 Minutes Serge Sebban, professeur d’histoire-géographie et représentant FO au collège-lycée.

Rencontre au rectorat à 14 heures

«Malgré notre préavis, le rectorat n’a fourni aucune réponse à nos revendications», ajoute Serge Sebban, précisant que les grévistes doivent se rendre au rectorat à 14 heures pour une rencontre avec l’inspecteur d’académie. S’ils n’obtiennent pas satisfaction, le mouvement de grève pourrait être reconduit à partir de demain 10 heures 30, heure à laquelle une nouvelle assemblée générale est prévue.

«Je ne peux que regretter ce mouvement, a affirmé Alain Anton, le proviseur de l’établissement, à 20 Minutes. On a préparé une bonne rentrée et ce genre de perturbation est préjudiciable pour les élèves. D’autant qu’en ce qui concerne les classes de langue, on arrive toujours à s’arranger en divisant les groupes en deux. Quant aux classes de lycée à 35, c’est malheureusement souvent la règle à Paris», ajoute-t-il, estimant que «le vrai débat se situe autour des postes découpés sur plusieurs établissements».

20 Minutes, 8 septembre 2008.


Ariège : Le collège de Vicdessos en grève

Au moment de la pré-rentrée et de la composition des classes, les enseignants du collège du Montcalm à Vicdessos, situé en zone ZEP, avaient pu constater une surcharge d’effectifs en classe de sixième.

Huguette Gaultier, nouveau principal de l’établissement avait transmis une demande de création de poste à l’inspection d’académie.

Lors de la traditionnelle visite de rentrée d’Augustin Bonrepaux et des techniciens du conseil général, ce souci avait été également évoqué.

«Une classe de 31 élèves dont un handicapé accompagné de son auxiliaire de vie dans des locaux devenus exigus…»

La réponse de l’inspection d’académie n’a pas tardé.

Dès lundi elle faisait savoir qu’elle accordait deux heures prises sur la dotation horaire et transférées sur la classe de sixième.

Les enseignants peu satisfaits n’en sont pas restés là et ont demandé une entrevue à l’inspecteur d’Académie.

Mardi 9 septembre à 14 heures une délégation composée d’enseignants (Philippe Roux, professeur de SVT, M. Areaud, professeur de Technologie et Mme Bigan, professeur d’anglais), Mme Guérola, parent d’élève et Bernard Piquemal, conseiller général du canton d’Auzat-Vicdessos ont été reçus pendant une heure et demie par Daniel Subervielle, nouvel inspecteur d’Académie.

Au cours de cette discussion les représentants du collège de Vicdessos n’ont pas obtenu satisfaction.

Philippe Roux, enseignant depuis 8 ans commente : «Nous avons demandé la création d’une nouvelle classe de sixième avec un effectif de 15 élèves, soit 17 heures (alors que les horaires de classe de 6e sont de 28 heures)…

On nous a proposé royalement trois heures et l’inspecteur d’Académie a même évoqué de faire une cinquième à deux niveaux avec pédagogie différenciée puisque la classe de cinquième ne compte que 16 élèves… inutile de préciser notre désaccord.

Une classe à 30 élèves pose un réel problème pédagogique (en zone ZEP les effectifs ne doivent pas excéder 25 élèves par classe) en plus du problème de place dans les salles devenues trop étroites.

Bernard Piquemal a assisté à l’entrevue et a été surpris du manque de volonté de la structure pour changer les choses… nous nous réservons le droit de poursuivre notre action.

Nous allons dès ce soir adresser un mail au recteur afin de lui demander un entretien et les heures supplémentaires pour faire fonctionner cette classe de sixième dans les matières essentielles que sont les mathématiques, le français, les langues… demain tous les élèves seront accueillis mais dès jeudi nous ferons une grève tournante.»

Les enseignants du collège du Montcalm précisent qu’ils ont le soutien des élus, de la population locale et des parents d’élèves.

Après une rentrée où les consignes de devoir de réserve pour cause de période électorale (élections sénatoriales) sont appliquées dans les établissements, les premiers mécontents donnent de la voix… Premier galop d’essai avant la manifestation nationale du mois d’octobre prochain.

Ariège News, 9 septembre 2008.

Publié dans Éducation

Commenter cet article