Solidarité avec les camarades incarcérés ! Contre les prisons !

Publié le par la Rédaction


Mardi 2 septembre, plusieurs actions de solidarité avec les prisonniers ont été faites devant les prisons.

À 9 heures, des prisonniers et prisonnières de Rouen ont pu voir une banderole «FEU AUX PRISONS» flotter dans les airs et, voir et entendre peu après des pétards et des feux d’artifice. À 21 heures 30, c’est au tour des prisonniers de Villepinte de voir un feu d’artifice. Le lendemain, on pouvait voir une banderole «LIBERTÉ POUR LES PRISONNIERS» près de la prison de Villepinte et sur l’autoroute A1 en direction du centre de rétention du Mesnil Amelot : «AU MESNIL AMELOT COMME AILLEURS, À BAS LES PRISONS».


Ces actions de solidarité avec les prisonniers s’inscrivent dans le cadre de l’appel à actions faisant suite au rassemblement devant la prison de Fresnes le 2 juillet. Entre autres, c’est parce qu’il y avait à cette manifestation une banderole «COMME À VINCENNES, FEU AUX PRISONS» que quatre camarades passaient en procès le 3 septembre (reporté au 14 octobre à 13 heures 30 à la 11e chambre du Tribunal de Créteil).

Bien que le pouvoir cherche à isoler et réprimer les révoltés, de nombreux actes de rébellion persistent dehors comme dedans : que ce soit des blocages comme à la Maison d’arrêt pour femmes de Rouen en juillet, des mutineries comme à la Maison d’arrêt de Bois d’Arcy en août, des incendies des centres de rétention de Vincennes en juin, de Nantes en juillet, du Mesnil Amelot en août, et en Belgique. Ces actions sont une manière de réaffirmer que les prisons ne se réforment pas, ne se ferment pas : elles se détruisent. Se solidariser avec les mutins, c’est aussi une façon de nous lier aux luttes à l’intérieur des prisons contre la bonne marche du système carcéral, et surtout exprimer notre rage contre ce monde d’exploitation, de contrôle et d’enfermement.

Ces actions de solidarité ont eu lieu devant les prisons de Rouen et de Villepinte, pour, par delà les murs, saluer les prisonniers et nos camarades Isa, Juan, et Damien qui y sont enfermés. Ils sont en détention préventive, accusés d’avoir tenté de brûler une voiture de flics pendant la période électorale de mai 2007. Tous trois sont sous instruction anti-terroriste.

Liberté pour toutes et tous !
Destruction de toutes les prisons !
La solidarité est une arme !

Indymedia Nantes, 5 septembre 2008.

Commenter cet article