Lettre de Guy Debord à Dario Markovic, membre du comité directeur de Filmoteka 16 à Zagreb

Publié le par la Rédaction


13 mars 1993

Cher Monsieur,

Mon ami, M. Radovan Ivsic, vient de m
apporter, traduite, votre lettre du 13 janvier. Je suis touché de votre proposition de présenter mes films à Zagreb, et ceci dans un moment où vous êtes assaillis par de si graves périls. Cest un lieu qui convient certainement à un cinéma davant-garde, que cette ville qui peut être maintenant regardée comme le chef-lieu de la dissolution de lEurope : le pays le plus avancé dans la dissolution du monde nous tend le miroir [Référence au livre d’Annie Le Brun à propos de la catastrophe yougoslave : Les Assassins et leurs miroirs] où se lit notre avenir à tous.

Très malheureusement, depuis l
assassinat de mon producteur, mes films ne peuvent plus être disponibles, au moins pour le moment, et tant que n’auront pas été tirées au clair les mauvaises intentions de ses héritiers.

Je vous assure en tout cas de ma sympathie.

Guy Debord

Publié dans Debordiana

Commenter cet article