À propos de Lacenaire

Publié le par la Rédaction

Lettre de Guy Debord à Jacques Simonelli

25 avril 1991

Cher Monsieur,

Je vous remercie pour l’envoi de votre Lacenaire, et aussi davoir entrepris louvrage. Au pur contraire de ce qui avait été édité jusquici autour des Mémoires tronqués ou apocryphes, votre livre est le premier qui soit digne du sujet. Vous avez excellemment établi les œuvres complètes du héros, et sa filiation dans la suite des révoltes contre la société comme dans celles des troubles poétiques, vers Lautréamont et au-delà. Jai été quant à moi ravi dêtre cité dans une si bonne compagnie.

On peut donc aussi supposer, chez Hugo, une réminiscence de la Pétition d
un voleur à un roi voisin dans Les Châtiments («Paris tremble, ô douleur, ô misère») quand il veut accabler son Second Bonaparte sous la concurrence de prétendants à son trône, qui motivent leur droit par quelques autres assassinats : «Je veux, dit Lacenaire / Être empereur et roi.»

En somme, depuis que ces «mondes éloquents ont été perdus», personne n
avait tant fait pour en restituer le souvenir véritable.

Bien cordialement à vous,

Guy Debord

Publié dans Debordiana

Commenter cet article