Liebig34 reste !

Publié le par la Rédaction


Le Hausprojekt (projet-maison, c’est ainsi que les Allemands nomment les anciens squats maintenant légalisés) Liebig34 situé à Berlin (quartier Friedrichshain), est un des derniers collectifs autonomes de femmes, lesbiennes et transgenres, en Europe.
La maison est menacée, ceci est un appel à la solidarité !

L’infokiosque
Daneben, ainsi que le bar collectif XB-Liebig, tous deux non-commerciaux et auto-gestionnaires, se trouvent aussi dans le même bâtiment.

Squattée en 1991, puis légalisée, la maison s
affirme toujours comme un espace autonome et radical.

Le Liebig34 existe maintenant depuis 17 ans. La maison est connue à l
étranger, étant un important point de rencontre de la scène féministe-émancipatrice à Berlin.

Les habitant(e)s du Liebig34 essaient de vivre libre de sexisme, patriarcat, racisme et de toute forme de hiérarchie. Cela ne veut pas dire nier le fait que nous avons tous grandi dans une société capitaliste normative, qui a conditionné nos comportements et nos pensées ; mais aller de l
avant dans la déconstruction des rôles établis.

Il y a en ce moment entre 25 et 30 habitant(e)s dans le L34. Une telle diversité de gens, fait que les prises de décision et le processus de consentement nécessite une constante remise en question, ce qui n
est pas facile, mais crucial afin de vivre tous ensemble.

Le Liebig34 est un endroit où nous nous battons ensemble contre l
aliénation à multifacettes et omniprésente, ainsi que contre les processus de normalisation du système capitaliste.

Pour nous, être féministe signifie prendre au sérieux l
oppression quotidienne que subissent les femmes, mais aussi les autres minorités sujettes aux discriminations et préjudices du système hétéronormé.

Nous considérons notre espace comme un abri face à la hiérarchie, aux préjudices et à l
oppression.



Comme de nombreux autres espaces autonomes,
l
existence du Liebig34 est menacée !

Gjora Padovicz essaie d
acquérir le dernier sixième de la maison dont il nest pas encore propriétaire. Sil y arrive, il sera donc le seul propriétaire de la maison. Les conséquences directes seront lexpulsion des habitant(e)s de la maison, ainsi que lextinction dun nouvel espace autonome. Gjora Padovicz est un «brillant» businessman et un spéculateur immobilier, dont le seul intérêt est le profit maximal.

Son activité principale est de racheter des vieux immeubles pour en faire des résidences de standing, des appartements pour bobos. Il aime se décrire comme un «colectionneur» de Hausprojekt autonomes. Il est effectivement connu pour cela : pour détuire nos infrastructures et nos réseaux (par exemple, il est maintenant propriétaire des feu-Hausprojekt Kreuziger12 et Scharni29).

Nous, espaces autonomes, ne sommes pas les seuls à nous plaindre de G. Padovicz et Factor (son agence immobilière), d
autres de ses locataires auraient bien des choses à lui redire. Il est très largement connu pour ne tenir aucune promesse.

Cette lutte n
est donc pas limitée à notre scène autonome, mais reflète un processus complexe de gentrification (ou embourgeoisement), qui touche en premier lieu les personnes aux plus faibles revenus. Les gens sont forcés de quitter leur quartier, poussés à la périphérie de leur ville, afin de trouver des appartements dont ils peuvent payer les loyers.

Les espaces où les gens peuvent vivre sans toujours avoir à regarder combien d
argent ils disposent deviennent de plus en plus rares. Les Hausprojekt autonomes sont une des dernières alternatives au mode de vie imposé à Berlin.

L
expulsion de notre maison signifierait lextinction dun des importants points de rencontre du mouvement non commercial et autonome. Ce combat ne concerne pas seulement la maison elle-même, mais aussi linfokiosque Daneben, ainsi que le bar collectif XB-Liebig.

Cest pourquoi il est si important de se battre contre léradication systématique des espaces autonomes.
Nous sommes en train de développer des manières et des stratégies afin de faire des pressions dordre politique sur Padovicz et son agence, nous sommes déterminé(e)s à continuer dans cette direction.
Un de nos objectifs les plus urgents, est dacquérir ce sixième de la maison sur lequel une enchère est en cours. Pour cela, nous avons besoin de 40.000 €, et autant de soutien et de solidarité que possible.
Nous demandons à ceux (groupes ou individus) qui le veulent bien de faire quelque chose pour nous soutenir (concerts-fêtes de soutien, manifestations, donations, tout ce que vous pouvez imaginer !…)

Nous n
allons pas laisser filer la possibilité de choisir comment nous voulons vivre !

Bas les pattes, pas toucher aux espaces autonomes !
Solidarité avec les Hausprojekt-squats menacés partout dans le monde !
On reste tous ! We stay all ! Wir bleiben alle !
Feminists, queers and squaters unite !
Smash capitalism and sexism !


Donation :
Spenden Konto Raduga E.V.
KONTO-Nr 4005651900 // BLZ 43060967 //
GLS Geneinschaftbank eG // Mot Clef (précision) : „L34“
BIC : GENODEM1GLS
IBAN : DE54 4306 0967 4005 6519 00

Commenter cet article