Camp d'été anarchiste dans le Jura suisse du 6 au 17 août 2008

Publié le par la Rédaction


Rencontre libertaire avec des ateliers, discussions, projections, débats, bouffe…
Viens partager, apprendre des/aux autres. Si tu veux organiser quelque chose ce serait bien d’y inscrire dans la rubrique «workshop» du site ou sinon directement sur place.


Appel pour le quatrième Camp anarchiste en Suisse du 6 au 17.8.2008

Vivre sans rapports de domination

Les expériences faites dans le cadre d’autres camps et rencontres libertaires ont montré toute l’importance d’un lieu où des personnes puissent se retrouver régulièrement pour allier théories et pratiques anarchistes et passer ensemble un moment de convivialité. Il est clair pour nous qu’un camp limité dans le temps ressemble à une île où l’on se retire. Mais c’est justement aussi ce qui nous permet de créer un espace de liberté par-delà des contraintes de la normalité sociale quotidienne et qui nous permet de mettre en pratique nos idées d’une vie sociale sans domination et de les développer. Le «A-Camp» offre la possibilité de réfléchir sur et d’expérimenter la vie que nous voulons vivre. Au-delà des luttes quotidiennes contre les autorités de toutes sortes, contre le harcèlement sexiste ou identitaire et autres désagréments malheureusement courants dans cette société. Mais il s’agit également de reconnaître et de dépasser ces rapports de domination dans notre propre pratique quotidienne.

Le consensus de base est que l’absence de domination est incompatible avec les comportements sexistes et racistes. Les discriminations de toutes sortes ne doivent pas être tolérées et les personnes qui ne partagent pas cette position sont priées de rester chez elles. Nous sommes conscientEs que le «A-Camp» ne représente qu’une forme relative de l’absence de domination, parce que nous (re)produisons touTEs les mécanismes de domination de cette société. Nous partons du principe que touTEs les participantEs s’impliquent activement dans le déroulement du camp quand ils/ elles constatent chez eux/elles-mêmes ou d’autres de tels comportements. Que touTEs s’engagent ensemble pour que notre vie commune soit la plus libre possible de toute domination. Il doit être possible en tout temps de se confronter aux rapports de domination et à leurs conséquences.

Animer ensemble un camp ne signifie pas s’immerger de manière acritique dans un «sentiment d’appartenance au milieu». Il est important de montrer les contradictions et d’exprimer des critiques, pour que nous puissions apprendre les unEs des autres et remettre en question nos comportements. Les conflits sont OK ! Néanmoins, les rapports entre nous dans le cadre de ce camp anarchiste doivent être empreints de solidarité et de respect mutuels, ce qui implique d’accepter qu’il existe différentes opinions et approches.

Diversité auto-organisée 1 - L’organisation

Le groupe de préparation n’existe que jusqu’à ce que le camp commence. Dès cet instant, tout dépend de l’ensemble des participantEs au camp : le fonctionnement quotidien, le caractère plus ou moins plaisant ou jusqu’à quel point nous parvenons à réaliser nos utopies.

Nous nous occupons bel et bien de la préparation en cherchant un emplacement, en faisant de la pub et en essayant de réunir les infrastructures nécessaires, mais sans les personnes qui assurent le montage et le démontage du camp, son organisation ou celle de la cuisine. Sans les personnes qui s’occupent d’assurer le ravitaillement, qui font la cuisine, qui s’occupent des rangements, de l’accompagnement des enfants, etc. rien ne va !

Cette année, le camp débutera un mercredi, afin qu’il y ait suffisamment de temps pour le montage du camp. Vers la fin du camp, il y aura aussi une discussion sur la préparation et le bilan du camp. C’est aussi à ce moment là que devrait se constituer l’équipe du «A-Camp 2009».

Nous sommes conscientEs de la hiérarchie de savoir liée à un tel groupe de préparation et essayons pendant le camp de transmettre les informations de la manière la plus transparente possible, pour que, nous l’espérons, des structures définies en commun prennent le relais.

Comme nous espérons rencontrer au camp de nombreuses personnes parlant d'autres langues, nous voulons autant que possible que les réunions, les informations et les discussions soient multilingues. Nous aurons donc certainement besoin de personnes capables d’assurer des traductions.

Diversité auto-organisée 2 - Les ateliers et la culture

En dehors du fait de vivre ensemble et du partage de connaissances pendant le camp, nous considérons les ateliers et autres présentations comme des aspects centraux du camp. Certains sont en préparation ou déjà organisés. Vous en trouvez une
liste actualisée sur notre site. Nous souhaitons que beaucoup de campeurs/euses proposent des ateliers d’après leur(s) intérêt(s). Cela peut aussi bien être annoncé par le site (remplir simplement le formulaire) précité qu’être mis sur pied spontanément pendant le camp lui-même.

L’offre d’ateliers peut donc être aussi multiple et diverse que les intérêts des participantEs : On peut imaginer des ateliers de construction de chiottes à compost, d’ascension d’arbres, de rédaction d’un journal, de réalisation d’émissions de radio ou de théâtre de rue, tout comme des discussions sur des thèmes allant de l’anarchosyndicalisme, de l’antimilitarisme, des bases de l’anarchisme, du travail, de la vie en commun, de la pédagogie/ antipédagogie, jusqu’à l’anarchie des genres, donc antisexisme, intersexualité, critique de la RRC (relation romantique de couple). Finalement, tout dépend de ce que vous allez faire et préparer, donc annoncez-vous nombreux/euses pour nous parler des choses que vous voulez faire. La diversité du «A-Camp» ne peut naître que si les personnes qui travaillent chez eux/elles pratiquement ou théoriquement sur un thème quelconque, préparent et mettent sur pied un atelier. Nous souhaitons également un riche programme culturel. Si vous faites de la musique, que vous jouez du cabaret ou du théâtre ou que vous voulez animer une soirée, faites-nous signe. Le terrain offre également de la place pour jouer et danser, amenez le matériel nécessaire.

Mise en réseau avec d’autres

Afin de poursuivre la résistance contre la domination et l’exploitation dans le monde entier et de faire le lien avec les contenus du «A-Camp», nous voulons tenter de mettre le camp en réseau avec des luttes politiques concrètes. C’est pourquoi il serait bien que des personnes participant à ces luttes présentent au camp leurs derniers développements et leurs projets/perspectives. Faites donc jouer vos contacts avec d’autres camps ou caravanes libertaires, aux militantEs et organisations d’autres pays, pour que la participation au «A-Camp» soit en même temps un pas vers une mise en réseau pour la suite.


Publié dans Camarades

Commenter cet article