ANPE : début des soldes de tout compte !

Publié le par la Rédaction


Hélas pour nos collègues précaires il ne s’agit pas de renouveler leur garde-robe, mais plutôt, de se serrer encore plus la ceinture, en retournant au chômage. En effet, depuis le début de lété, faisant fi de tous ses engagements, la Direction de lANPE, remercie, sans ménagement, une grande partie de son personnel. Rien quen Île-de-France, cest 140 contrats à durée déterminée, qui ne seront pas renouvelés, malgré de multiples promesses de reconduction.

Quelle belle illustration, de la «sécurisation des parcours professionnels» ou «flexicurité» (grand chantier de l
innommable «nouvelle instance»), nous est offerte ici !

Toutefois, partout des collectifs d
agents réagissent et font savoir quils nabandonnent pas leurs collègues précaires, qui inaugurent ainsi lavenir radieux-actif de la fusion.

Au-delà de l
évidente compassion, cest aux collectifs, agence par agence, de défendre nos collègues et de se mobiliser pour combattre la précarité qui nous guette toutes et tous.

Tout comme il est évident que la charge de travail assurée jusque là par les précaires, s
ajoutera à celle déjà difficilement supportée, par lensemble des agents.

Et ce, au moment où les hausses de salaire concédées au secteur public (0,8%) entérinent une perte de pouvoir d
achat de 0,9% (-6% depuis 2000), en confirmant que nous travaillons plus pour gagner moins ! La preuve est faite que les suppressions massives de postes dans le secteur public napportent aucune augmentation de salaire.

Maintenant, il s
agit dorganiser une véritable résistance aux régressions sociales qui se profilent, pour lensemble des salariés, dans lentreprise qui remplacera lANPE et lASSEDIC.

Toutes les organisations syndicales ont dénoncé ce plan social. Mais, encore faut-il qu
elles refusent de devenir les auxiliaires du tri RH, en ne se prononçant pas au «cas par cas», pour contrats préservés à la marge. Aujourdhui, le rôle dune organisation de défense des salariés est dabord de fournir les outils et les moyens (quels quils soient), pour développer nos luttes collectives.

Une fois encore, la CNT ANPE appelle ses collègues à exercer localement, leur droit aux heures mensuelles d’information syndicale. En assemblée générale, prenons la parole et organisons ensemble nos mobilisations.
Solidarité avec les précaires !
Exigeons la titularisation de tous les précaires comme préalable à toute négociation !
Refusons la régression de nos conditions d’accueil et de travail, de nos salaires, ainsi que le dévoiement de nos missions !
La précarité ne doit pas être notre futur commun !

Publié dans Chômeurs - précaires

Commenter cet article