Profanation de soutien à Ungdomshuset

Publié le par la Rédaction

Profanation de la tombe dAndersen à Copenhague

Nouvelle vague de vandalisme contre la mémoire de lauteur ?

C
est dans la nuit de mardi à mercredi que la tombe de lauteur de contes H.C. Andersen, située dans un cimetière de Copenhague a été victime de profanateurs et de vandales.

Le saccage serait d
ailleurs une réponse au récent nettoyage dun mur du même cimetière, auparavant graffé, et que la ville avait entrepris de rénover, explique le porte-parole de la police, Flemming Steen Munch.

En effet, en mars 2007, des tags et autres graffitis avaient recouvert un mur entier, où l
on pouvait lire des allusions à la maison de jeunes récemment détruite à Copenhague et qui avait entraîné des débordements et autres incidents violents. Son évacuation fut alors musclée. Depuis 25 ans, elle accueillait dans une sorte de spot underground des jeunes de toute lEurope. LUngdomshuet a depuis été remplacée.

Sur la tombe d
’Andersen, on peut lire clairement : «Si vous prenez notre mur, nous prendrons vos tombes.» La pierre poreuse de la tombe en grès ne facilitera pas le nettoyage, déplore lagence danoise Ritazau.

Un autre exercice de vandalisme a également eu lieu, et c
est la tombe de Niels Bohr, physicien du siècle dernier qui en fut victime.

Andersen est connu pour ses contes comme La petite sirène ou Le vilain petit canard. Une statue le représentant, perchée sur un piton rocheux surplombant la capitale danoise avait aussi été cible de dégradations : ces derniers 40 ans, ce symbole national avait été décapité à deux reprises, puis avait eu un bras coupé, et enfin fut recouvert de peinture.

ActuaLitté, 3 juillet 2008.


Des graffitis sur la tombe d’Hans Christian Andersen

Vandalisée, la tombe de lauteur danois de contes Hans Christian Andersen. Cela s’est passé la nuit de mardi à mercredi dans un cimetière de Copenhague. D’autres tombes ont aussi été vandalisées, dont celle de lun des plus grands physiciens du XXe siècle, le prix Nobel danois Niels Bohr.

«Si vous prenez notre mur, nous prendrons vos tombes.» Voilà ce qu’ont écrit les auteurs des inscriptions sur la sépulture de l
auteur de La princesse aux petits pois et de La petite fille aux allumettes, mort en 1875. Un acte de dégradation qui vient probablement en réponse à la destruction d’une maison de jeunes (Ungdomshuset) à Copenhague en mars 2007, qui avait déjà provoqué des incidents violents, selon Flemming Steen Munch, porte-parole de la police. Elle était le refuge depuis 25 ans de jeunes de divers horizons, formant l’un des bastions de la culture «underground» en Europe. Les jeunes se sont, depuis vu, attribuer une nouvelle maison.

La pierre tombale de Hans Christian Andersen est en grès, une pierre poreuse, et il sera de ce fait difficile deffacer la totalité des graffiti, a rapporté lagence danoise Ritzau.

20 minutes (avec agence), 2 juillet 2008.

Commenter cet article