Éducation : les bureaucrates syndicaux débordés par les parents

Publié le par la Rédaction

Mobilisation inédite pour sauver les écoles

Demandes d’audiences à linspection dacadémie par-ci, occupations détablissements par-là. Les parents font monter la pression dans tout le département. Une situation inédite pour les syndicats denseignants.

Le 8 avril dernier à Pont dAin, les parents délèves dressent des banderoles sur les grilles de létablissement : la maternelle est menacée de fermeture. Lundi et mardi, à Sauverny dans le pays de Gex, des parents, toujours, occupent lécole : ladministration na pas été en mesure de remplacer un enseignant malade. À Neuville-sur-Ain, une classe sorganise sur un pont. Puis, dans la nuit de vendredi à samedi, enseignants et parents transforment les écoles de Miribel, Beynost, Pont-dAin ou Mijoux en dortoir, répondant ainsi à lopération «la nuit des écoles» initiée au niveau national, etc.

«On n
avait jamais vu ça !» constate Pascal Desmaris, directeur décole et représentant syndical Unsa. Depuis plusieurs mois déjà, et avant même que la carte scolaire ait été rendue publique dans lAin, les mouvements de grogne se sont multipliés à travers tout le département. Au point que même les syndicats denseignants ont renoncé à tenir à jour la liste des mouvements, dont ils ne sont dailleurs pas toujours informés.

Le phénomène est en tous cas nouveau : «Jusque-là, les parents d
élèves noccupaient les établissements quen cas de fermeture de classe annoncée. Aujourdhui, ils réagissent en amont», constate Pascal Desmaris qui place ce type de réaction sous le coup dune inquiétude générale. «Ce nest plus exclusivement lié à la carte scolaire, mais ça tient aussi aux effectifs qui augmentent, aux enfants qui ne sont plus accueillis à deux ans, voire même trois. Et au non remplacement de personnel. Au 11 juin, plusieurs dizaines décoles du département ne peuvent plus demander de remplaçants. Un confrère vient par exemple de nous informer quune enseignante de son établisement sera absente jusquau 9 juillet et ladministration a prévenu quelle ne serait pas remplacée.»

Actions variées

Plus de remplaçants, pas d
AVS. «Ça part dans tous les sens», estime-on également à la FSU où lon rajoute au panier des inquiétudes la mise en place de la «base élève» — un fichier des enfants et de leurs familles actuellement expérimenté dans la circonscription de Gex —, de nouveaux programmes et une nouvelle organisation scolaire pour la rentrée.

Une situation inédite, qui pousserait donc parents et enseignants, indépendamment ou ensemble, à inventer de nouvelles formes d
actions pour se faire entendre ? «La grève restant manifestement sans effet, elles sont effectivement de plus en plus variées», constate-t-on à la FSU où lon relève par ailleurs que ces actions coïncident sans doute avec une prise de conscience, par les parents, des difficultés que traversent aujourdhui lécole et ses enseignants. Mais pour quelle efficacité ?
Muriel Moustier


Pont-d
Ain : une nuit devant le collège

Un peu plus de 23 heures, vendredi soir, la nuit est étoilée, belle et fraîche. Les parents d
élèves, des enseignants, collégiens sortent des voitures sacs de couchage et oreillers pour sallonger devant les portes du collège. À limage dun millier détablissements, sur tout le territoire, le collège pondinois «Louise-de-Savoie» a participé à cette «Nuit des écoles». But de cette manifestation symbolique : informer la population sur lavenir de lécole publique, qui selon le «collectif Ambérieu pour la défense de lécole publique», et lassociation des parents délèves du collège pondinois, est en danger.

À Pont-d
Ain, cest une quatorzième classe qui est demandée, afin de ne pas surcharger les sixièmes à la prochaine rentrée. Plus largement, les participants à cette manifestation sont inquiets face aux nouvelles réformes. Cette manifestation aura réuni plusieurs dizaines de manifestants devant les portes du collège Louise-de-Savoie.
Henri Barth

Le Progrès (édition de l’Ain), 15 juin 2008.

Publié dans Éducation

Commenter cet article