Défense de Maria Vuillet

Publié le par la Rédaction

Le lundi 22 octobre 2007, alors qu’il avait, fort discrètement, annoncé sa visite pour honorer sa «Première décision», la lecture obligatoire de la dernière Lettre de Guy Môquet, le président de la République ne sest pas déplacé au lycée Carnot. Un comité daccueil, à linitiative du collectif Rose et Réséda, ly attendait de pied ferme. Leur action réussie, les lycéens se sont dirigés au métro Guy-Môquet. Là, allait se dérouler, ils nen savaient rien, une commémoration officielle. Larrivée du sous-préfet, en tenue, lui a valu quelques huées. Se retournant vers une manifestante, mère dune des lycéennes, il lui déclare : «Attention, je représente la République». Ce à quoi Maria Vuillet répond : «Oui, mais pas celle que voulait Guy Môquet».

Maria Vuillet comparaît au TGI le 16 juin 2008 pour «outrage au Sous-Préfet», en l
espèce en disant «vous êtes facho», ce quelle nie. [Code pénal : Art. 433-5 (six mois demprisonnement et 7500 € damende), Art. 433-22 et Art. 131-26 (interdiction ou incapacité dexercer une fonction publique)]. Elle sera assistée par Maître Thierry Lévy.


Conférence de presse autour de Maria Vuillet :
Odette Nilès, présidente de lAmicale de Châteaubriant, amie de Guy Môquet,
Henri Malberg, commission Justice du Comité exécutif national du PCF,
Maurice Rajsfus, fondateur de Ras lfront (entre autres),
Rodolphe Juge, enseignant, SDEN-CGT 93.
La conférence de presse a lieu le mardi 10 juin 2008 à 14 heures à la Librairie «Résistances», 40 rue Guy-Môquet, Paris 17e.


Comparution de Maria Vuillet lundi 16 juin à 9 heures précises
28e Chambre correctionnelle siégeant dans les locaux de la 17e Chambre
Palais de Justice, 6 boulevard du Palais, 75001 Paris, métro Cité.
[Compte tenu des délais dattente pour pénétrer dans le Palais de Justice, il faut sy présenter au moins trente minutes à lavance, muni de papiers didentité.]


Visibilité : Maria Vuillet n
a pas souhaité limiter sa défense au pénal. Elle linscrit avec détermination face à linquiétant développement actuel dactes arbitraires. La visibilité de ce point de vue donnée par la conférence de presse sera relayée sur Internet et sur les ondes. Une émission de Fréquence Paris Pluriel est prévue le 18 juin. Dautres contacts sont pris.

Pour le collectif, Jacques Monge
Paris, le 4 juin 2008

Publié dans Solidarité

Commenter cet article