1er Mai en Allemagne

Publié le par la Rédaction

Incidents à Berlin et Hambourg, un policier grièvement blessé


Un policier a été grièvement blessé au dos, dans la nuit de samedi à dimanche, lors dincidents après un rassemblement d’extrême-gauche à Berlin, a indiqué la police.


Dans le quartier de Kreuzberg, des participants au «1er Mai révolutionnaire», organisé par la mouvance autonome, ont lancé pierres et bouteilles sur les forces de lordre. Celles-ci ont chargé, faisant usage de leur matraques, pour isoler les éléments les plus violents. Lors dune de ces interventions, un policier a été frappé au dos avec un objet contondant, et a dû être hospitalisé, a indiqué la police, sans donner davantage de précisions sur la nature de la blessure. Selon la police, environ 10'000 personnes ont pris part à ce «1er Mai révolutionnaire».

 

À Hambourg, plusieurs centaines de jeunes ont affronté les forces de lordre à coup de projectiles et ont dressé des barricades enflammées, a indiqué une porte-parole. Six personnes ont été interpellées, et une policière a été légèrement blessée.

 

Dans la nuit de vendredi à samedi, déjà, une cinquantaine de personnes avaient été arrêtées à Berlin et Hambourg. Dans la ville hanséatique, 17 policiers et un passant ont été légèrement blessés par des jets de pierres et de bouteilles, après que des manifestants dextrême gauche eurent mis le feu à des bennes à ordures, selon les autorités.

 

Leur presse (Belga), 2 mai 2010.

 

 

Des milliers de personnes entravent une marche d’extrême droite à Berlin


Plusieurs milliers de personnes ont protesté samedi à Berlin contre une organisée par l , parvenant à la retarder de plusieurs heures.


Environ 10'000 personnes, selon les organisateurs, ont pris part à la contre-, faisant par exemple obstacle par des barrages assis dans les rue du quartier de Prenzlauer Berg au défilé de quelques centaines de néonazis, selon la police.


Parmi les participants au barrage devant une gare ferroviaire figurait le vice-président social-démocrate (SPD) du Parlement allemand, Wolfgang Thierse, évacué comme les autres manifestants par la police.

 


Les néonazis, dont l intention était de ne pas laisser la rue le 1er mai aux seuls défilés traditionnels de la gauche pour la Fête du travail, n ont pu commencer leur marche qu en milieu d après-midi et ont dû s arrêter à plusieurs reprises, le temps que la voie soit dégagée pour eux.


Environ 250 néonazis ont essayé de se regrouper dans un autre quartier, sur l avenue très commerçante du Kurfürstendamm, mais la plupart ont été interpellés par des policiers pour rassemblement non-autorisé.


Le nombre d arrestations du côté des adversaires des néonazis n a pas été précisé par la police.


Dans d autres villes allemandes des mobilisations ont été organisées pour barrer la route au cortège d'extrême droite, comme à Rostock (est) où 600 personnes ont tenté d'empêcher le défilé de 500 membres du parti NPD.


À Erfurt (est), 400 personnes ont réussi à retarder de plusieurs heures la manifestation du NPD à laquelle assistait le leader du parti, Udo Voigt.


Au cours de la nuit de vendredi à samedi, une cinquantaine de personnes avaient été arrêtées à Berlin et Hambourg à la suite de légers incidents avec des policiers.


Neuf personnes ont été interpellées à Hambourg (nord), où des manifestants d extrême gauche ont mis le feu à des bennes à ordures, tandis que 17 policiers et un passant ont été légèrement blessés par des jets de pierres et de bouteilles, selon les autorités.


À Berlin, 34 personnes ont été brièvement interpellées au cours d incidents impliquant des jets de pierres et de bouteilles dans les quartiers de Prenzlauer Berg et de Friedrichshain. Une poignée de militants d extrême droite ont été arrêtés alors qu ils tentaient de s opposer à une manifestation de gauche vendredi soir à Treptow-Köpenick, selon la police.


Leur presse (AFP), 1er mai.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article