Le bon exemple

Publié le par la Rédaction

Dans le dernier ouvrage paru sur Retz (éditions Albin-Michel) M. Pierre-Georges Lorris, sans se défendre du moralisme le plus conventionnel dans le jugement de son personnage, fait cependant justice de la ridicule explication de sa conduite par l’ambition : «De défaite en défaite, les Mémoires se poursuivront ainsi jusqu’au désastre final… ses Mémoires n’ont pas l’abattement d’un vaincu, mais l’amusement d’un joueur… Retz a atteint le seul but qu’il se proposait…»

L’extraordinaire valeur ludique de la vie de Gondi, et de cette Fronde dont il fut l’inventeur le plus marquant, restent à analyser dans une perspective vraiment moderne
.

Dans la remarquable série des aventures du Dr Fu-Manchu, de M. Sax Rohmer, publiée en français dans les années 30 par la collection «Le Masque», il faut particulièrement distinguer Si-Fan Mystery (Le Masque de Fu-Manchu). Outre la beauté situationniste de l’attitude des personnages ennemis qui, en fait, n’ont de rapports que leur participation à un jeu effrayant dont Fu-Manchu est le metteur en scène, il faut reconnaître que l’utilisation, tantôt délirante et tantôt raisonnée, du décor, y frise la psychogéographie.

Potlatch no 26, 7 mai 1956.

Publié dans Debordiana

Commenter cet article