Vichy et la "vraie France" : les oubliés du discours de Sarkozy

Publié le par la Rédaction

Monsieur le Président,

Le 8 mai dernier, à Ouistreham, célébrant la victoire alliée du 8 mai 1945, vous avez déclaré :

«La vraie France n’était pas à Vichy, elle nétait pas dans la collaboration. La vraie France nétait pas dans la Milice, la vraie France avait la voix du général De Gaule…»

C
était nettement insuffisant. Vous auriez pu ajouter que la vraie France se trouvait dans les maquis, comme dans la guérilla urbaine et, au premier rang de ces combattants de lombre, les étrangers du groupe Main d’œuvre immigrée (MOI), parmi les premiers à sauver lhonneur de ce pays qui sabandonnait majoritairement dans un triste attentisme.

Monsieur le Président, il manquait une précision de taille dans votre proclamation du 8 mai 2008. Où étaient les forces de lordre françaises, de lété 1940 à lété 1944 ? La réponse à cette interrogation est sans ambiguité ! Les 100.000 policiers et les quelque 80.000 gendarmes, au service de l’État de Vichy, participaient sans état dâme à la chasse aux juifs, aux gaullistes et aux communistes.

Ce sont des policiers français qui ont arrêté Guy Môcquet, en octobre 1940, avant de le confier aux bons soins de la Gestapo. Cette collaboration durera jusqu
aux derniers jours de lOccupation. Ainsi, le 14 juillet 1944, à un mois de la Libération de Paris, sur la place de la République, des policiers des brigades spéciales assassineront Yves Toudic, important responsable de la CGT clandestine.

Connaissiez-vous ces détails, Monsieur le Président ?

Maurice RAJSFUS - Rue89, 17 mai 2008

Auteur de tribunes sur Rue89, l’historien militant Maurice Rajsfus, 80 ans, vient de publier Portrait physique et mental du policier ordinaire, aux éditions Après la Lune. Arrêté en juillet 1942 au cours de la rafle du Vel d’hiv’, il a cofondé en 1994 l’Observatoire des libertés publiques, qu’il préside.

Publié dans La police travaille

Commenter cet article