Émeutes ouvrières

Publié le par la Rédaction


Parallèle aux mouvements des lycéens, des travailleurs sans-papiers, des fonctionnaires et des retraités, on oublie un peu vite le mouvement de grève dure depuis novembre 2007 des ports français. Ils bloquent les ports, bloquent les dépôts de carburants, combattent les CRS à coups de pavés… Tandis que la CGT maintient les grèves corporatistes en évitant toute convergence entre les secteurs en lutte, à quand un mouvement social unitaire puissant pour renverser le régime Sarko et mettre en branle ce capitalisme assassin ?


Hier, ils étaient une vingtaine, aujourd’hui c
est une centaine de ports en grève dure et illimitée, qui sont bloqués par les travailleurs. Pêcheurs et dockers se sont violemment affrontés ces derniers jours notamment à Marseille au Vieux-Port ou à Lorient. Pavés contre lacrymos, barricades de pneus enflammés contre charges et matraques.

Aujourd
hui, cest à Paris quont eu lieu les affrontements entre 200 pêcheurs-dockers et CRS (quatre blessés graves chez les CRS). Les leaders syndicaux sont rejetés par la base qui les traitent de collabos, de vendus, de signataires.

Les syndicalistes pleurnichent : «Faut que le gouvernement cède, on ne peut plus les tenir.»

Une centaine de ports bloqués, mais aussi six dépôts de carburants. L
essence, le pétrole, le nerf de léconomie se voit paralysé sur tout le littoral.


Et le mouvement continue de s
étendre et de se durcir : les routiers vont prochainement rejoindre la lutte et menacent de bloquer les grandes autoroutes. (Noublions pas que dans les années 80, au dernier mouvement des routiers, ils ont envoyé larmée pour les mâter !)

Alors que demain reprend une énième journée de micro-grève de 24 heures militairement orchestrée par la CGT, il serait peut-être temps de faire pêter la baraque, de converger les secteurs en lutte, de faire se rejoindre : routiers, dockers, pêcheurs, retraités, fonctionnaires, lycéens et étudiants. Ce n
est pas le régime sarkozyste mais la logique économique derrière lui quil faut attaquer. Dailleurs, Sarko dit bien lui-même quil est impuissant face à la mondialisation capitaliste, et que sans le feu vert de Bruxelles, rien nest possible. Alors que le baril de pétrole atteint les 130$ uniquement à cause des spéculateurs (le PDG de Total doit avoir une maison en or, maintenant), cest bien le capitalisme qui se cache derrière tous les conflits sociaux particuliers.

Vive la grève générale, illimitée, et insurrectionnelle !

Indymédia Nantes, 21 mai 2008

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article