Des armes contre le Zimbabwe

Publié le par la Rédaction


Nous saluons et approuvons la décision de la South African Transport and Allied Workers Union de refuser que leurs travailleurs déchargent ou transportent les envois d’armes de la Chine à destination du Zimbabwe.

C’est un signe très encourageant de solidarité de la classe ouvrière et d
internationalisme et nous espérons que de telles actions empêcheront ces armes datteindre leur destination, larmée zimbabwéenne. Pour autant, si les travailleurs des transports devaient échouer, et si les amis du président Robert Mugabe trouvaient le moyen de contourner leur résistance, toutes les personnes qui soutiennent le peuple zimbabwéen devraient être prêtes à prendre position, si laction de SAWATU échouait à empêcher les armes dêtre transportées vers le Zimbabwe sur le territoire sud-africain. Nous appelons tous les éléments progressistes du pays à intervenir. La classe ouvrière prend position. Stop aux envois darmes chinoises au régime zimbabwéen !

Le 29 mars 2008, des élections présidentielles, parlementaires et locales ont eu lieu au Zimbabwe. Ceci représentait l
ultime tentative par le Mouvement pour le Changement Démocratique pour mettre fin aux 28 ans du régime du président Robert Mugabe, après léchec des contestations menées depuis 2000. Les résultats de cette élection parlementaire montrent que le MDC a une étroite majorité mais lannonce de ces résultats ont été bizarrement retardés, probablement pour permettre au au régime de Mugabe de réaffirmer son autorité sur les masses qui ont été brutalisées et appauvries.

Ces faits sont bien connus des forces progressistes dans le monde et de ceux qui luttent pour l
égalité et la justice sociale, politique et économique.

Aujourd
hui, au moment de cette ultime traîtrise, une nouvelle menace est apparue sous la forme de cet envoi darmes chinoises, dont des lanceurs de grenades, des munitions de Kalachnikovs et des mortiers, nous craignons, non sans justification que ces armes seront utilisées pour écraser les forces démocratiques au Zimbabwe et pourraient mener directement au massacre de milliers de Zimbabwéens.

Nous sommes pleinement conscients de l
héroïque résistance du peuple Zimbabwéen à la domination raciste du régime raciste de Ian Smith et à sa victoire en 1980. Cette résistance a été pluraliste, grâce aux guérillas de ZANLA et ZIPRA et multiraciale, même si la majorité des «Rhodésiens» blancs choisirent dabandonner leur pays après lindépendance.

Mais nous sommes tout aussi conscients des dommages infligés au peuple par la paranoïa de Mugabe au fil des ans même si cette paranoïa se justifiait par les tentatives d
assassinat de lapartheid contre lui.

À présent, sous les regards du monde entier, et cependant que la Southern African Development Community hésite et vacille comme à l
habitude, Mugabe a volé linitiative à lopposition, et lavenir à son peuple.

Les journalistes sont expulsés, les observateurs des élections ont déjà fui, permettant au sang de couler, invisible, dans les rues. On entend déjà parler de torture, de meurtre, d
expulsions, de confiscations et de passages à tabac.

Aussi, à présent que nous avons pris la main dans le sac un envoi d
armes à ce régime, ce régime en agonie, avec le plus haut taux dinflation du monde et une élite des plus grotesques, nous appelons tous les groupes et individuels progressistes à empêcher physiquement, de manière pacifique ou par la force, lenvoi darmes à lune des plus méprisables dictatures du monde.

Cet appel demande aux forces progressistes du monde entier de faire ce qui est en leur pouvoir pour porter cette situation à la connaissance du public et empêcher un massacre potentiel.

Les actions possibles peuvent inclure :
Faire pression sur les autorités portuaires sud-africaines pour quelles refusent le débarquement des armes.
Cibler les ambassades chinoises, zimbabwéennes et sud-africaines pour des actions non-violentes contre les représentants de ces gouvernements, et non contre leurs citoyens ordinaires (nous ne tolérerons aucune action contre des personnes chinoises, zimbabwéennes ou sud-africaines fondées sur leur nationalité ou leur ethnicité).
Obtenir et rendre publiques des informations sur le chemin et le mode transport de ces armes.
Bloquer ce chemin de manière non-violente.
Bloquer la frontière Afrique du Sud - Zimbabwe si ces armes devaient y parvenir.
Soutenir les travailleurs du transport dans leur refus de décharger et de transporter ces armes.
Défendre les travailleurs du transport et quiconque est exposé à la répression du fait de son action pour stopper ces armes.
Lier cette lutte à lopposition globale à la campagne chinoise doppression des Tibétains et dutilisation des Jeux Olympiques de 2008 de la même façon que ceux de 1936, qui furent utilisés pour masquer les pires abus contre les droits de l’Homme.

Ce que nous savons :
Un bateau chinois, le An Yue Jiang, appartenant à la compagnie paraétatique «Ocean Shipping Company» est au port de Durban.
Il contient trois millions de cartouches de Kalachnikov, 3500 mortiers et lance-grenades, 1500 grenades pour lance-grenades dune valeur de 9,88 millions de Rands.
Les papiers du chargement nont été, prétend-on, finalisés que trois jours après les élections zimbabwéennes.
La South African Transport and Allied Workers Union a refusé de décharger et de transporter ces armes, ce qui ne veut pas dire que quelquun dautre ne le fera pas.
Une dizaine de soldats chinois armés de pistolets ont été vus avec des militaires zimbabwéens dans Harare.

Cet envoi sera bloqué par l’action directe du peuple !

Mugabe va tomber ! Mais nous, le peuple africain, devons prendre sa place !


Publié dans Internationalisme

Commenter cet article