Nos enfants, nos élèves ne sont pas des délinquants !

Publié le par la Rédaction


Aujourd’hui, vendredi 16 mai 2008, nous, parents d’élèves, acteurs du système éducatif, sommes très en colère. Nous apprenons ce matin que plusieurs lycéens de Poitiers ont été arrêtés et placés en garde à vue.

Le mouvement lycéen, à Poitiers, s’est construit en toute indépendance, de façon réfléchie et argumentée. Il nous paraît contenir tous les germes de pratiques démocratiques et de construction citoyenne, notamment par la mise en place, au sein des lycées, de pratiques de vote pour prendre les décisions sur les blocus ou autres actions.

Pour autant ce mouvement n’obtient aucune réponse valable, si ce n’est déni, simulacre de dialogue, et brutalités policières, et ce depuis le premier jour de manifestation (gazage à la gare).

Nous sommes choqués par ces arrestations en série, visiblement ciblées sur des membres de la coordination lycéenne, élus par leurs camarades pour les représenter. De surcroît ces jeunes sont fichés à jamais puisqu’ils ont subi un prélèvement d’ADN. Scandaleux ! Nous nous interrogeons de quoi demain sera fait puisque nos enfants, élèves ont été filmés, photographiés sous tous les angles depuis le début du mouvement. Les trois lycéens ont été relâchés ce soir et seront amenés à comparaître plus tard devant le juge des enfants. Qui nous dit que demain ce ne seront pas d’autres «identifiés» sur photos ? Ces lycéens sont, comme nous, engagés dans le mouvement de défense du service public de l’Éducation nationale. Comme nous, et en toute indépendance, ils sont amenés à rechercher les moyens d’action qui sont le plus à même de déboucher sur un succès : obtenir des moyens humains et matériels suffisants pour les aider à réussir à l’école, des moyens à la hauteur de la mission d’un tel service public. Mais probablement plus que nous, ils sont exigeants et impatients d’être entendus et compris.

Nous mettons en garde les forces de l’ordre contre des actions répressives contre productives, et susceptibles de lancer nos enfants sur de fausses pistes plus désespérées. Nous exigeons l’arrêt des répressions et des poursuites à l’égard des lycéens.

Nos enfants, nos élèves ne sont pas des délinquants, n’en faites pas des casseurs !

Signataires : FCPE 86 - FSU 86 - SUD Éducation 86
UNSA Éducation 86 - SDEN-CGT 86 -
CNT 86

Publié dans Éducation

Commenter cet article