Rattachement de l'Enseignement agricole public à l'Éducation nationale

Publié le par la Rédaction

Le rattachement de l’Enseignement agricole public à l’Éducation nationale ou la fin annoncée de l’exode rural pédagogique

Jamais à lordre du jour, mais pourtant toujours dactualité, le rattachement prévisible de lEnseignement agricole public à l’Éducation nationale, présenté comme la solution globale aux restrictions budgétaires imposées aux EPLEA ne fait quesquiver en définitive les questions essentielles liées à la ruralité, à lagriculture et à leur enseignement.

Non, l
école nest pas une marchandise

En n
utilisant que des critères économico-quantifiables pour juger de la validité de lexistence de telle ou telle filière de formation, ce gouvernement cherche en réalité à détruire le service public. Jamais lécole naura subi autant dattaques de la part de ceux-là même qui devraient la soutenir. Le démantèlement des lycées agricoles (et par la suite des CFA et CFPPA) au nom dune prétendue nécessité de rentabilité, nest quune étape de plus dans la réduction du champ de lenseignement public au profit de celui — mercantile, confessionnal, pro-industriel — de structures privées.

À des savoirs fondamentaux de plus en plus restreints enseignés sous surveillance et contraintes budgétaires par l
enseignement public sopposera toute liberté donnée à lenseignement privé pour délivrer des diplômes pseudo-qualifiants à ceux qui pourront payer pour cela.

Le projet de l
’Enseignement agricole public doit être modifié pour aller de lavant

En voulant transformer l
Enseignement agricole public en de rares pôles dadaptation rapide aux métiers restants de la technologie agricole, le ministère de l’Agriculture réduit la ruralité à son seul aspect productiviste. Pourtant, jamais autant denvies, de besoins et de nouveaux comportements navaient émergé autour de lidée de la nature et de la ruralité : agriculture biologique, retour à la campagne, protection de lenvironnement, vie communautaire, éco-habitat… Le projet des EPLEA doit désormais sorienter vers ces nouvelles attentes et la promotion dune agriculture saine. La création détablissements de la nature et de la ruralité peut aider à la quête de sens dune partie de la jeunesse dans ce monde désemparé et en faire les acteurs ruraux de demain.

Pour une éducation émancipatrice

Lhistoire de lEnseignement agricole public est celle dune recherche de nouvelles pratiques pédagogiques centrées sur lapprenant et remarquables dans un contexte étatique. Chacun sait qu’il nen est pas de même au sein de l’Éducation nationale où les rares tentatives (ex. : TPE) se sont éteintes rapidement. La recherche déconomies à grande échelle et lhomogénéisation des pratiques au sein dun supra-ministère éducatif réduira linnovation pédagogique à une peau de chagrin faite de souvenirs de pluridisciplinarité, de pédagogie de projets et dindividualisation des parcours, enfermés que nous serons dans des classes multi-filières de 40 élèves…

Pour une transformation des EPLEA en des structures valorisantes de mixité sociale et d
apprentissage en commun

Les EPLEA ont vécu dans leurs formes actuelles parcourues de déchirures corporatistes. Les exploitations doivent cesser d
être des centres de profits pour retrouver leur unique valeur pédagogique en termes dagriculture exemplaire. Les CFA et CFPPA ne doivent plus être des lieux dapprentissages entre formateurs depuis trop longtemps précaires et apprentis-stagiaires dévalorisés. La CNT-FTE milite pour un corps unique de la maternelle à luniversité, pour la titularisation de tout le personnel, pour la prise en compte de tous autour dun projet pédagogique appartenant à tous. Lécole doit redevenir le lieu dapprentissage du «projet de vie commune».

Pour des établissements autogérés à taille humaine et ancrés dans les territoires

Combien de réformes inapplicables notifiées par note de service devons-nous gérer au quotidien ? Combien de nécessités locales ne peuvent trouver leur place dans le carcan administratif ministériel ? L
enseignement agricole puise toute sa force dans son lien au local. Celui-ci doit être renforcé, non pas avec un nouveau pouvoir régional ou féodal mais par lautogestion et la confiance dans les équipes des établissements volontaires et impliquées dans leur projet. En nous rattachant à l’Éducation nationale, on nous propose le modèle inverse : de devenir à terme des caissières anonymes esseulées dans les hypermarchés du savoir que sont en train de devenir les établissements scolaires…

La Fédération des Travailleuses/eurs de l’Éducation (FTE) est au sein de la Confédération nationale du Travail la structure qui regroupe les syndicats de l’Éducation. C'est un syndicat de combat, autogestionnaire, porteur d’un projet éducatif et pédagogique. La CNT-FTE croit que le syndicalisme doit redevenir ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être : révolutionnaire, c’est-à-dire porteur d’un projet pour une société plus juste, plus égalitaire, plus libre…

La Fédération des Travailleuses/eurs de la Terre et de l’Environnement
(FTTE) au sein de la Confédération nationale du Travail lutte contre les accapareurs et les spéculateurs fonciers, conteste les normes industrielles, recherche l’autonomie vis à vis des banquiers et des techniciens, refuse le parasitisme des structures para-agricoles, construit des réseaux de solidarité (entraides, coopératives…) pour construire une véritable alternative à l’industrialisation de l’agriculture.


Intersyndicale SUD rural – CNT éducation du Lycée agricole Claude-Simon de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales)

Publié dans Terre et environnement

Commenter cet article