L'heure est venue... Il faut une grève dure et combative !

Publié le par la Rédaction


Les mobilisations des établissements, écoles et celle des lycéen(ne)s en région parisienne, loin de s’affaiblir ont bien montré la détermination des élèves, des personnels et des parents à refuser la destruction de la notion même du service public déducation, alors que les effets désastreux des politiques menées par les différents gouvernements ont dores et déjà fait régresser les conditions détudes et de travail de tou(te)s. On pourrait qualifier «d’attaque finale» contre le service public les mesures imposées pour la rentrée 2008, qui aboutissent à une véritable mise au pas de lécole, pour les élèves comme pour les personnels et les parents.

Avec l
accumulation des suppressions massives de postes, la généralisation des bac pro 3 ans et la suppression des BEP, l’application des lois Fillon, LRU, EPEP et réforme Darcos, le licenciement massif des CAE/CAV, la casse des garanties statutaires (rapport Pochard, RGPP) et la généralisation du travail sans droit, la rentrée 2008 constitue une étape importante de la destruction du service public déducation, du primaire au supérieur, avec une soumission de plus en plus exclusive aux seuls intérêts du patronat et de l’État, visant à imposer la «refondation sociale» du MEDEF, traduit par le plan de cohésion sociale dans un premier temps, dont lachèvement mène à un licenciement massif des contrats aidés, alors quils occupent des emplois qui devraient être statutaires La refonte générale des politiques publiques, qui prévoit la perte des garanties statutaires de la fonction publique est la dernière étape pour généraliser le travail sans droit, imposer les réformes réactionnaires de destruction du service public déducation.

Tout ceci dans un contexte de paupérisation d
une part de plus en plus importante de la population, et donc de nos élèves et de leurs familles. Dans un contexte aussi de casse de la protection sociale, dans la perspective de la généralisation du travail sans droit, où léducation et les idéaux dun service public déducation pour tous nont plus leur place. La seule recherche du profit pour quelques-uns se passe dun service public garantissant légalité des droits à léducation pour tou(te)s.

Alors que les mobilisations se développent dans de plus en plus d
académies de province, les mobilisations en région parisienne doivent samplifier dès le mois de mai, se coordonner avec les autres régions, pour contrer loffensive de destruction de lécole publique. Construire la riposte qui simpose, cest forcément sinscrire dans une perspective de changement du service public : pas celui que nous imposent l’État et le patronat, celui que nous devons décider tous ensemble, parce que cest nous qui travaillons et qui étudions.

La Griffe de léducation no 5, mai 2008
Bulletin du syndicat CNT des travailleurs-ses de l’éducation des Hauts-de-Seine



Manifestations du 15 mai dans le Jura :
Dole : 9h30 place Barberousse
saintClaude : 11h devant la sous-préfecture
Lons-le-Saunier : 15h place de la Liberté

Publié dans Éducation

Commenter cet article