La rage au ventre !

Publié le par la Rédaction



C
amarades,

En dépit de la collusion avérée des staliniens de l’U.E.C. et des réactionnaires, les magnifiques bagarres de vendredi dernier prouvent que les étudiants, dans la lutte, commencent à accéder à une conscience qu’ils n’avaient pas jusqu’alors : où commence la violence, commence de finir le réformisme.

Le Conseil de lUniversité qui sest réuni ce matin aura beau faire : cette forme désuète de la répression ne peut rien contre la violence dans la rue. Lexclusion pour cinq ans de toutes les Universités de France de notre camarade Gérard Bigorgne — passée sous silence par toute la presse, tous les groupuscules, et associations étudiantes —, celle qui menace aujourdhui notre camarade René Riesel et six autres étudiants de Nanterre sont tout de même pour lautorité universitaire une manière de les livrer à la police.

Face à la répression, la lutte qui sannonce devra conserver ses méthodes daction violente, pour lheure sa seule force. Mais elle devra surtout susciter une réflexion parmi les étudiants qui la mèneront. Car il ny a pas que les flics : il y a aussi les mensonges des divers groupuscules trotskistes (J.C.R., F.E.R., V.O.), prochinois (U.J.C.M.L., C.V. base), anarchistes-à-la-Cohn-Bendit. Réglons nos affaires nous-mêmes !

Lexemple donné par les camarades arrêtés vendredi à la Sorbonne, qui se mutinèrent dans le car où ils étaient emmenés, est un exemple à suivre. Tant quil ny aura que trois flics par panier à salade, nous saurons quoi faire. Le précédent du brigadier Brunet, trépané hier, fera jurisprudence : mort aux vaches !

Déjà la violence ferme la gueule des petits chefs des groupuscules ; la seule contestation de lUniversité bourgeoise est insignifiante quand cest toute cette société qui est à détruire.
Vive la Zengakuren!
Vive le Comité de salut public des vandalistes (Bordeaux) !
Vivent les Enragés!
Vive l’I.S!
Vive la révolution sociale!
Paris, 6 mai 1968
Les Enragés


René Riesel (à gauche), le 6 mai
avant la séance du Conseil de l’Université


Dossier Mai 68

Publié dans Debordiana

Commenter cet article