Pour la CNT, Facteur d'avenir, c'est non !

Publié le par la Rédaction


Après plusieurs essais avec Facteur d’avenir (grèves des distris dans les Bouches-du-Rhône, les Hauts-de-Seine ou sur Perpignan ), la boîte s’est vue obligée de «reculer».

En effet les postiers refusent unanimement ce projet pourri, qui va casser les distris et notre métier de facteur.

Après ces défaites successives, La Poste, pour passer ce projet en force, a scindé en deux ledit projet… Un volet relatif au «développement professionnel», qui vous est distribué et qui pourrait paraître plus «attrayant», et un volet «organisationnel» qui fixe l’organisation de Facteur d’avenir (zones autonomes, auto-remplacement, fin implicite des titulaires de quartier, tous les samedis travaillés…), celui-ci nettement plus grillé…

La seule chose concrète dans cet accord «social», ce sont les promotions proposées aux collègues, d’ailleurs promotions a minima comme tous les ans, qui ont pour but les nouvelles fonctions dont a besoin la boîte pour Facteur d’avenir (facteur d’équipe, facteur rouleur, facteur qualité). Le reste c’est du vent.

Objectif vente : Écrase ton voisin

Avec Facteur d’avenir, c’est parti
: les facteurs se transforment en bureau volant, ça commence doucement ; on nous annonce qu’il faut améliorer le chiffre d’affaire du bureau, mais bientôt vendre deviendra une obligation pour nous. Il faudra rester longtemps dehors pour vendre en dépit du froid, de la pluie et de la chaleur. On nous présente un joli tableau pour classer les facteurs selon leurs performances.

Ceci est mis en place pour nous pousser à faire du chiffre ce qui se traduira par beaucoup d’argent dans les poches de La Poste et peut-être quelques remerciements pour nous ?

Respect des horaires, des pauses, pas de prise de service anticipée !

Une des premières conséquences des restructurations est la prise de service anticipée. Il n’est pas rare de voir dans certains bureaux des prépos venir avec ½ heure voire ¾ d’heure d’avance.

Auparavant les agents venaient avant l’heure pour… partir plus tôt ; maintenant ils viennent plus tôt plus simplement pour pouvoir respecter les délais et passer le courrier dans les temps : ce qui revient à faire des heures sup que La Poste ne paie pas !

Le fait d’arriver plus tôt, de ne pas prendre de pause, c’est tout bénef pour la boîte. Imaginons tout ce qu’elle devrait payer pour dépassements d’horaires !

À force de compresser son personnel au maximum, La Poste a créé des problèmes, c’est à elle de les régler, par des embauches supplémentaires et non pas par une restructuration massive qui va découler de Facteur d’avenir.

Derrière le volet social se cachait l’ensemble du projet. Le rôle d’un syndicat n’est pas d’accompagner la destruction de notre métier, une dégradation historique de nos conditions de travail, et un futur dégraissage massif.

Quand on voit les problèmes actuels à La Poste, on se doute qu’avec Facteur d’avenir, ça va être l’horreur… C’est la raison pour laquelle, comme nos collègues des colis et des centres de tri, il va falloir, tous ensemble, se mobiliser contre cette attaque majeure de la distri.


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article