Déclaration du VIe Congrès de la CNT FTE

Publié le par la Rédaction

Congrès de Nancy, le 27 mars 2008

L’école de l’État, inégalitaire, autoritaire et sélective, ne nous a jamais satisfait.

Néanmoins, le démantèlement du système éducatif a pris aujourd’hui un rythme jamais atteint et renforce cette école du tri social. De la maternelle à l’université, les mesures gouvernementales se multiplient.

La dite «autonomie» des universités imposée par la loi LRU mène à sa privatisation. Les présidents d’université en retirent les pleins pouvoirs. La formation universitaire est de plus en plus soumise aux entreprises.

La suppression massive de postes détériore gravement les conditions de travail et d’accueil des élèves. La multiplication des contrats de travail précaires se généralise à tous les niveaux et devient la norme. La généralisation des bacs pro en trois ans entraîne la disparition des BEP et à terme, de 25% des postes PLP. Le lycée professionnel donnera encore moins de possibilités pédagogiques et conduira à une soumission accrue pour les élèves et les personnels.

Dans le primaire, nous dénonçons la révision des programmes se limitant à une vision utilitariste des compétences, la stigmatisation des élèves en difficulté (heures de soutien et stages de remise à niveau) la mise en concurrence des écoles (au moyen des évaluations nationales).

La complicité passive des principales centrales syndicales rend plus urgente la mobilisation de toutes celles et ceux qui, refusant de porter au pinacle l’individualisme et la compétition, construisent des pratiques coopératives et d’émancipation.

Les syndicats de la FTE, réunis en congrès à Nancy, s’engagent à agir contre toutes ces réformes mortifères et appellent à soutenir toutes les actions visant à :
— Résister à la libéralisation de l’université ;

— Refuser toutes les évaluations nationales ;

— Refuser les « stages de remise à niveau » et les heures de soutien ;

— S’opposer aux suppressions de postes et au recours aux heures supplémentaires ;

— Refuser le recours à l’emploi précaire ;

— S’opposer au renforcement des hiérarchies.

Pour le partage du temps de travail et une éducation émancipatrice !

Publié dans Éducation

Commenter cet article