Pour en finir avec toutes les prisons !

Publié le par la Rédaction

Jeremy Martinez est mort à la prison de Valence le 4 mars 2008. Il y était depuis trois mois. Trois mois pendant lesquels l’indifférence la plus noire était la seule réponse face à ses plaintes contre les blessures que lui infligeait son codétenu.

Raphaël Loubières, accusé du meurtre, a 19 ans lui aussi. Il était sans profession et SDF quand une affaire d
homicide la expédié en taule. Il souffre de troubles psychiatriques sérieux.

Le mercredi 26 mars, à 16h30,

nous nous rassemblerons devant la prison de Valence,

non pas pour juger Raphaël (il fait partie, comme nous, des «indésirables») mais pour soutenir les détenus et leurs familles et manifester notre colère contre le système carcéral.

La prison tue physiquement et mentalement les individus, en les bourrant de cachetons, en les humiliant (mépris de la dignité), en faisant d
eux des animaux.

Quelle est, aujourd
hui, la fonction de la prison ? Est-elle là comme elle le prétend pour aider lndividu, pour lui faire comprendre ses erreurs, ou nest-ce quun des placards de lAutorité et de la Répression ? Protège-t-elle la société ou aide-t-elle le capitalisme à proliférer en étouffant les révoltes ? Pourquoi en construire sans cesse de nouvelles, plus grandes (400 places supplémentaires à Valence) et plus blanches ? Le pouvoir en place est-il incapable de gérer sans réprimer ? Et pour qui sont-elles ?

Ils les érigent pour ceux qui se révoltent contre ce système, ceux que la consommation ne rend pas heureux et qui refusent d
être identifiés à une carte bleue.

Ils les bâtissent plus sécurisées pour ceux dont on entretient la misère, ceux qu
on parque dans les cités-zoos et qui refusent de se soumettre.

Ils en font des éducatives, pour des gosses toujours plus violents et de plus en plus tôt.

Ils en font pour les sans papiers, coupables de fuir la misère et la peur.

Tout le monde sait que les délinquants, avant d
être coupables, ont été victimes. Tout le monde sait que ce sont les injustices sociales, multipliées par le capitalisme, qui font les criminels. La révolte ne sera pas matée par lemprisonnement, les laissés pour compte étant de plus en plus nombreux.

En 1898, une citation de Zo d
Axa : «Il ny a pas de justice, et je nai pas de pain —on ma tout pris— plus rien à perdre ! Et pas de travail, et je ne veux pas faire le trottoir. Et je ne veux pas que mon vieux père, dépouillé par un magistrat, meure de faim en hiver, sans quon sache qui lassassina.»

Fermer les yeux sur ce qui se passe en taule, cest être complice dun État qui a inventé une nouvelle race de sous-Hommes et sest assis sur la Déclaration des Droits de lHomme. Cest cautionner un système qui cherche à faire du monde une prison à ciel ouvert et fait de notre vie une peine perpétuelle. Cest collaborer, comme le Comité de Prévention de la Torture qui est devenu Comité de Propreté de la Torture.

Nous entendons de plus en plus parler de ces morts derrière les barreaux, de ceux qui sortent de taule les pieds devant… Ces cadavres ne sont pas de simples bavures, ils sont la conséquence même de notre État carcéral. La prison est un non-lieu dans lequel toutes les pratiques barbares trouvent leur justification.

La prison tue, crève la taule !


Les lycéen-nes anarchistes de Valence
et le Collectif de solidarité aux Prisonniers

Le Laboratoire - 8 place saintJean - 26000 Valence

Commenter cet article