Le guide du chasseur de sans‑papiers

Publié le par la Rédaction

Nouvel effort de l’équipe Hortefeux pour expulser les sans‑papiers. Témoin cette note du 28 février de la préfecture des Hauts‑de‑Seine. Dans ce fief UMP, le chef de la «direction de la population et de la citoyenneté» a peaufiné le dispositif. On peut ainsi lire quil a été décidé d«interpeller systématiquement» tous ceux qui, frappés dune «obligation à quitter le territoire», se présentent «spontanément» à la préfecture, pleins despoir, leur dossier sous le bras…

Et pas d
états dâme… Les expulsions constituent en effet une «mission prioritaire» : «Nous avons une obligation de résultat», martèle ce haut fonctionnaire, qui demande à ses troupes dappliquer ses instructions avec «un zèle particulier» !

Au guichet d
«accueil», les agents doivent donc se conformer scrupuleusement aux consignes. À la vue dun étranger, et dun, lui subtiliser son passeport. Et de deux, «linviter à prendre place dans la salle dattente», puis appeler aussitôt «le chef de la section Éloignement». Enfin, lapothéose : «Linterpellation sera réalisée en cabine fermée…» Surtout pas de scandale.

Même procédure au guichet de «régularisation», où se pressent les naïfs, attirés par l
écho de quelques affaires très médiatisées de salariés sans‑papiers ayant obtenu gain de cause. «Le piège est total, note Me Alain Mikowski, spécialiste du droit des étrangers. Et en plus, ceux qui seront attrapés sont ceux qui pensent pouvoir être régularisés. Donc, par définition, ceux qui sont parfaitement insérés, professionnellement et socialement.» Les arrestations au guichet ont commencé, de même quen Seine‑et-Marne, où un Turc a été envoyé en rétention malgré son contrat de travail et le soutien de son employeur. Puis libéré, le 15 mars, pour «interpellation déloyale».

Tout de suite les grands mots…
Dominique Simonnot
Le Canard enchaîné, 19 mars 2008

Commenter cet article