Des ambulanciers réclament une hausse de salaire

Publié le par la Rédaction

Grève à Longvic (21)

Huit ambulanciers de la société Gilles Thomas à Longvic se sont mis en grève mardi après-midi, et pour une durée illimitée, dénonçant «de mauvaises conditions de travail», mais en premier lieu, un désaccord sur les salaires.

«Nous avons des cadences trop importantes, nous sommes sommés d’aller toujours plus vite et denchaîner les courses : on ne nous laisse pas le temps dont nous avons besoin pour être avec le patient», déclare Filomène Rodriguez, déléguée CGT.

Au-delà, les ambulanciers sérigent contre un accord cadre national qui prévoit une rémunération variant de 70 à 90%, en fonction du nombre de permanences travaillées, et tablant sur les temps dits d'inactivité. «Si on ne roule pas, on est en train de transporter le malade, ou de le soigner, ou de nettoyer, ou de ranger dans le local ! Et puis avec le malade il y a les temps dattente, de rédactions administratives, etc.», s'indigne la déléguée syndicale ; «on est toujours en activité à 100% ; une heure travaillée, ce doit être une heure payée !» «Le mécontentement est national, mais il ny a pas eu vraiment de mouvements de grèves parce que nous avons déjà des petits salaires, et quil nous faut déjà faire 45 heures pour en être payé 35 !», ajoute lambulancier Michael Drapier.

Les salariés de chez Thomas malgré tout, entendent faire changer la situation chez eux : «Nous réclamons de passer de 85% à 90%, mais temps de pause compris, et nous voulons surtout obtenir des engagements datés et écrits de notre patron, qui sy refuse», conclut-il.

Aujourdhui, la grève se poursuit, et les ambulanciers effectueront une opération de tractage auprès des institutions médicales de Dijon.

Publié dans Santé & Social

Commenter cet article