Collège Bastié de Dole : une grève suivie à 100%

Publié le par la Rédaction

Tous les enseignants de l’établissement classé ZEP étaient hier en grève pour protester «contre la dégradation programmée des conditions denseignement et dencadrement»

La totalité des enseignants du collège Maryse-Bastié de Dole (SEGPA excepté) étaient en grève mardi pour protester «contre la dégradation programmée des conditions d
enseignement et dencadrement des élèves».

«Une trentaine de professeurs étaient attendus aujourd
hui. Tous sont en grève», confirmait hier le principal André Reby. La dotation horaire globale pour lannée scolaire entraîne la suppression de 74 heures postes denseignement, soit quatre postes denseignants dans cet établissement classé ZEP (zone déducation prioritaire) du quartier des Mesnils-Pasteur (techno, EPS, histoire-géographie et lettres classiques). «Le poste de technologie nest pas menacé», rectifie le chef détablissement.

Le collège accueille actuellement plus de cinq cents élèves en enseignement général qui sont répartis en vingt et une classes, dont deux classes d
accueil aux primo-arrivants. Leffectif devrait compter une bonne trentaine délèves en moins à la prochaine rentrée. Léquipe éducative ne comprend pas que «lensemble des efforts conjoints des équipes administrative et pédagogique» soit mis à mal «par cette gestion à moindre coût».

La décision est d
autant plus mal vécue que les conditions de travail des personnels et des élèves sest grandement améliorée depuis 2003. «La carte scolaire a été revue intelligemment et cela a favorisé la mixité sociale», explique Sébastien Foissier, qui enseigne le français dans létablissement. «Avec laide de linspection académique, le collège a pu orienter nombre délèves sur la voie de lexcellence», poursuit lenseignant, volontaire pour travailler en ZEP. Des effets bénéfiques que la rectrice était venue constater sur place en juin 2005. Leffort a permis la création doptions latin et latin-grec, louverture dune section handball, dune classe européenne et plus récemment dune option allemand LV2 en 5e. En moyenne, les effectifs sont dune petite vingtaine délèves par classe. «Nous voulons conserver cette situation pour poursuivre un travail déquipe efficace», insiste Sébastien Foissier.

Les enseignants, dont une délégation a été reçue hier en fin d
après-midi à linspection académique, demandent une division supplémentaire en classe de 5e et par ce biais le rétablissement des heures postes qui sont nécessaires à la bonne marche du collège ainsi que la création dau moins un demi-poste dassistant d'éducation.

Serge Dumont
Le Progrès, 12 mars 2008

Publié dans Éducation

Commenter cet article