Du populisme pénal au populisme constitutionnel

Publié le par la Rédaction


C’est assurément de populiste que l’on peut taxer la politique de Sarkozy. L’homme qui dit avoir réponse à tout n’a finalement d’autre réponse que l’autoritarisme forcené des monarques républicains du XXe siècle.

undefined L
exemple de son rapport à la justice est criant de ce populisme. Les principes de la justice ne valent pas grand chose face aux points des sondages (qui lui reviennent de plus en plus cher soit dit en passant, cest sûrement la baisse du pouvoir dachat !). C’est ainsi que pour aguicher le badaud et rassurer les terrifiés du journal de TF1, qui croient que pédophiles, voleurs et assassins guettent à chaque coin de rue, ils remet au goût du jour la lettre de cachet. Lenfermement ne suit plus les principes de la justice républicaine mais les besoins médiatiques de sa politique, en effet on pourra dorénavant, au sortir dune peine de prison, être à nouveau enfermé sur des présomptions de dangerosité !

Jugé dangereux par le journal télévisé ? Aussitôt emprisonné !
Une peine de vingt ans déjà purgée ? On nest plus à quelques années près !

Mais c
est promis, seuls les «dangereux pédophiles» seront concernés par cette rétention de sécurité. Comme pour les écoutes téléphoniques, la vidéo-surveillance ou les prélèvements ADN, il serait peu rentable politiquement davouer que bientôt tout ceux qui ne rentrent pas dans le moule seront la cible de cette nouvelle forme denfermement. On remarquera au passage lutilisation du terme «rétention» qui, comme pour lenfermement des sans papiers, tente de nous faire croire quil ne sagit pas vraiment de prison. La détention ne serait plus de mise, on se demande à quoi peuvent bien servir les barreaux aux fenêtres…

Le populisme devient constitutionnel, le petit Nicolas cherchant à doubler le conseil constitutionnel. Au grand étonnement de ceux qui croyaient encore —à tort— que la République protégeait les libertés fondamentales. Ceux là, tout content de voir les appels à la défense républicaine publiés dans Marianne, préfèrent sûrement ne pas voir l
industrie pénale des comparutions immédiates, envoyant par flots entiers les pauvres et les rejetés de la société dans les bastilles de la République. Mais cela il faut le taire, ne surtout pas dire la monstruosité de cette machine à enfermer. Preuve en est la poursuite que la justice fait au site dinformations alternatives Rebellyon.info en raison des comptes-rendus de comparutions immédiates mis en ligne et soit disant diffamatoires pour l(in)justice française. Une raison de plus pour soutenir ce média alternatif qui a mis en ligne plus de cent comptes-rendus de comparution en trois ans !

Finalement il n
est jamais trop tard pour rappeler notre refus de toutes les formes denfermement. Nous noublions pas que la justice ne sert quà condamner les pauvres, contrôler et empêcher tout débordement dans notre société aseptisée, dans notre totalitarisme rose bonbon. Nous noublions pas non plus les morts dans les prisons françaises, chaque année plus nombreuses alors que la France compte plus de 60.000 prisonniers, ni celle de Julien, mort à 16 ans dans l’EPM de Meyzieu. À lheure où les nouvelles prisons, à Corbas, à Roanne, à Bourg-en-Bresse, où les Établissements Pénitentiaires pour Mineurs et les Centres de Rétention Administratifs, deux types de prisons qui taisent leur nom, où les commissariats, dans le 3e arrondissement ou à Villeurbanne, se multiplient à grande vitesse, il est toujours tant de le dire :

Mur par mur, Pierre par pierre, Détruisons toutes les prisons !

L’Égalité économique et sociale, mars 2008
Feuille mensuelle de l’Union locale lyonnaise de la CGA

Commenter cet article